Akademia - Une passion, J.S. Bach

Akademia - Une passion, J.S. Bach​
Création sur un poème dramatique de Jean-Pierre Siméon d’après l’Évangile selon saint Matthieu.
Musiques extraites des Passions selon saint Jean et saint Matthieu de Johann Sebastian Bach.

Au début étaient le poète et son verbe dont la dimension sacrée rejoint celle de la musique de Johann Sebastian Bach.
C’est la destinée d’un homme, Jésus de Nazareth, figure profondément humaine dont le martyr souligne la nature divine. Une destinée à la dimension sacrée repensée ici à l’aune de la littérature et des Passions selon saint Jean et saint Matthieu de Johann Sebastian Bach.
Pour leur deuxième collaboration, l’ensemble Akadêmia et Jean-Pierre Siméon instaurent une parfaite osmose entre musique baroque, poésie et image. En s’inspirant avec fidélité des Évangiles, objet des récitatifs dans l’œuvre du Cantor, l’écrivain réaffirme la puissance du verbe et assimile la figure du poète à la figure christique, l’une et l’autre révélant la grandeur et la misère humaine.
La voix de la comédienne Clotilde Mollet est le témoin anonyme, celui de la souffrance d’un homme, celui du drame ; une voix intime, ni déclarative, ni solennelle, qui sans cesse nous interpelle, nous apitoie ou nous accuse.

Concert donné dans le cadre du Festival d'Ile-de-France, le 12 septembre 2015 à l'Eglise Saint-Mathurin de Larchant (77).

Plus d'infos sur www.festival-idf.fr

 

Partager par emailImprimer

Derniers reportages

  • Que seraient les festivals sans les bénévoles qui y travaillent, avec passion, partout en France ?
    Place à deux d'entre eux, aux Rencontres Musicales de Vézelay 2021 qui, durant quatre jours, proposent plus d'une vingtaine d'événements musicaux.
    Plus d'infos sur le festival

  • L'Ouverture de The School for Scandal, op. 5 est la première œuvre pour grand orchestre composée par Samuel Barber en 1931 alors qu'il terminait ses études au Curtis Institute of Music de Philadelphie, et dont la première a été donnée le 30 août 1933.
    Elle est ici enregistrée par James Gaffigan et l’Orchestre symphonique de Lucerne chez Harmonia Mundi.

  • Trépidants et ouverts, les musiciens de l’Orchestre de chambre Pelléas ont fait le choix de s’inventer un jardin musical bien à eux.
    Ensemble, ils ont fait le rêve de former, avec Benjamin Levy, chef d’orchestre mais aussi musicien parmi les musiciens, une phalange au fonctionnement et à l’esprit différents qui serait la leur, respirant à pleins poumons l’air de liberté, de joie et de fraternité de la musique de chambre à l'échelle d'un orchestre.

    Une formation démocratique et indépendante, cogérée par un comité de musiciens animés par le seul bonheur de jouer en s’imposant la plus grande exigence, tournée vers la découverte en redonnant vie à des œuvres souvent oubliées du répertoire français des XIXe et XXe siècles. Enfin, ensemble historiquement informé, faisant le choix d’appliquer sur les instruments d’aujourd’hui les découvertes faites sur les instruments d'époque.

    > Plus d'infos sur l'Orchestre Pelléas