Laurent Naouri (baryton-basse) chante « Aussitôt que la lumière » d'Adam Billaut (1602-1662)

Après Ingrid Perruche dans les Merveilles de l’Opéra de C.-F. Panard, au tour de Laurent Naouri de répondre à l’appel des Lunaisiens et d’aborder un autre poète et chansonnier français : Adam Billaut (1602-1662), surnommé le «Virgile au rabot ». C’est en 1644 que Maître Adam – « fameux poëte et fameux menuisier » selon Corneille, qui lui a consacré un sonnet – écrivit « Aussitôt que la lumière ». Cette page, selon Arnaud Marzorati, « incarne toute la noblesse de la grande chanson à boire ; répertoire bachique qui nous révèle que grands vins et grandes voix ont toujours eu le plaisir de se réunir pour partager la joie de l'ivresse artistique. Une ivresse modérée, savante qui se retrouvera également dans le Caveau français du XVIIIe siècle, où des chansonniers comme Crébillon, Rameau ou Casanova entonneront à leur tour des airs sérieux et précieux à la gloire de la "Dive Bouteille". Enfin, tous les grands opéras s'abreuvent du plaisir de la "chanson à boire" : de Lully au Faust de Gounod, on retrouve dans nos plus belles pages du répertoire lyrique l'esprit et la saveur de l'œuvre d'Adam Billaut. »

Ce cycle de vidéos est disponible sur la page Facebook des Lunaisiens, où Arnaud Marzorati propose par ailleurs pendant tout le confinement une petite chronique sur la riche histoire de la chanson.

Plus d’infos sur les Lunaisiens

Page Facebook des Lunaisiens

Musique en confinement

Partager par emailImprimer

Derniers reportages

  • Enregistré au Diaghilev Festival (Perm) en juin 2014. Avec le MusicAeterna.
  • Par l’Ensemble Calliopée 
    Alexandra Soumm, violon
    Karine Lethiec, alto et direction artistique
    Florent Audibert, violoncelle 

    Extrait du film « Une Pierre raconte - hommage à la dalle de Saint-Béléc de l’Age du bronze »
    La première carte topographique, datant de 4000 ans, mise en musique ! 
    Dans le cadre de la résidence Musico-Archéo de l’Ensemble Calliopée au musée d’Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye. 
    Tournage au sein des collections de l’Age du Bronze et sur les toits du château.

    Découverte en 1900 au sein d’un tumulus daté de l’âge du Bronze ancien à Leuhan dans le Finistère, la Dalle ornée de Saint-Belec a été réétudiée par une équipe pluridisciplinaire de chercheurs. Datée de plus de 4000 ans, cette dalle, par ses nombreux motifs gravés serait considérée comme la plus ancienne carte topographique d’Europe. Cette pierre est la clé de voûte d’un programme musical conçu comme un voyage minéral et organique, des temps anciens jusqu’à la création d’aujourd’hui , qui navigue entre paysages finistériens, formes, couleurs et matières…avec deux compositeurs bretons : Jean Cras qui était également officier de marine au début du XXe siècle et qui écrit une musique évoquant ses voyages et mélange les parfums d’ailleurs qui sonnent parfois comme des airs bretons et Benoît Menut, aussi né à Brest. 
    Artiste engagé et passionné, Benoît Menut a été récompensé par les Prix Sacem 2016, SACD 2019, lauréat des professeurs au Grand Prix des Lycéens et nommé aux Victoires de la Musique classique 2021 et 2022. Il définit sa musique comme « de l’énergie en sons portée par du sens ». Son trio à cordes porte une énergie rythmique vivifiante, proche des fêtes bretonnes. 
    L’Ensemble Calliopée propose la représentation musicale de la dalle de Saint-Belec par une création, Ar men du compositeur Benoît Menut qui a une appétence particulière pour ces paysages finistériens qu’il connaît bien et a écrit une oeuvre musicale qui suit les stations de cette carte et chacun des cinq mouvements représentent un endroit, un lieu. Il s’agit d’une sorte de chemin en plusieurs étapes , d’inspiration sensorielle et organique , partant du sommet pour aller vers l’élément liquide. De l’ombre à lumière , le signe de la pierre rejoint celui de la partition….la carte géographique retrouvée se transforme alors en voyage musical, à travers le Temps. Symbole, Histoire, transmission…

  • Par l’Ensemble Calliopée 
    Alexandra Soumm, violon
    Karine Lethiec, alto et direction artistique
    Florent Audibert, violoncelle 
     
    Extrait du film « Une Pierre raconte - hommage à la dalle de Saint-Béléc de l’Age du bronze »
    La première carte topographique, datant de 4000 ans, mise en musique ! 
    Dans le cadre de la résidence Musico-Archéo de l’Ensemble Calliopée au musée d’Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye. 
    Tournage au sein des collections de l’Age du Bronze et sur les toits du château.
     
    Découverte en 1900 au sein d’un tumulus daté de l’âge du Bronze ancien à Leuhan dans le Finistère, la Dalle ornée de Saint-Belec a été réétudiée par une équipe pluridisciplinaire de chercheurs. Datée de plus de 4000 ans, cette dalle, par ses nombreux motifs gravés serait considérée comme la plus ancienne carte topographique d’Europe. Cette pierre est la clé de voûte d’un programme musical conçu comme un voyage minéral et organique, des temps anciens jusqu’à la création d’aujourd’hui , qui navigue entre paysages finistériens, formes, couleurs et matières…avec deux compositeurs bretons : Jean Cras qui était également officier de marine au début du XXe siècle et qui écrit une musique évoquant ses voyages et mélange les parfums d’ailleurs qui sonnent parfois comme des airs bretons et Benoît Menut, aussi né à Brest. 
    Artiste engagé et passionné, Benoît Menut a été récompensé par les Prix Sacem 2016, SACD 2019, lauréat des professeurs au Grand Prix des Lycéens et nommé aux Victoires de la Musique classique 2021 et 2022. Il définit sa musique comme « de l’énergie en sons portée par du sens ». Son trio à cordes porte une énergie rythmique vivifiante, proche des fêtes bretonnes. 
    L’Ensemble Calliopée propose la représentation musicale de la dalle de Saint-Belec par une création, Ar men du compositeur Benoît Menut qui a une appétence particulière pour ces paysages finistériens qu’il connaît bien et a écrit une oeuvre musicale qui suit les stations de cette carte et chacun des cinq mouvements représentent un endroit, un lieu. Il s’agit d’une sorte de chemin en plusieurs étapes , d’inspiration sensorielle et organique , partant du sommet pour aller vers l’élément liquide. De l’ombre à lumière , le signe de la pierre rejoint celui de la partition….la carte géographique retrouvée se transforme alors en voyage musical, à travers le Temps. Symbole, Histoire, transmission…