Interview de Manuel Vioque-Judde, alto

Interview de Manuel Vioque-Judde, alto, Révélation Classique Adami 2017.
Né en France en 1991, Manuel est actuellement un des altistes les plus prometteurs de sa génération. Il est récompensé aux deux plus prestigieux concours d’alto, remportant en 2014 le 2e prix au Concours Primrose à Los Angeles, puis en 2016 le 2e prix du Concours Tertis à l’Île de Man. Aussi à l’aise en concerto qu’en musique de chambre, il est invité par de nombreux orchestres en France, en Allemagne, en Italie, en République Tchèque, aux États-Unis, au Venezuela et s’illustre sur les scènes les plus prestigieuses. En 2015 son premier CD « Viola Reflections » paru dans la collection Jeune Soliste de la Fondation Meyer est salué par la critique comme un « fantastique enregistrement de musique anglaise ». Son éducation musicale commence avec la pratique intensive du chant à la Maîtrise de Radio France. Il poursuit ses études d’alto au CNSMDP dans la classe de Jean Sulem. Chaque été il rejoint la Seiji Ozawa International Academy. En 2017, il est nommé lauréat de la Fondation Banque Populaire.

Voir l'interprétation du Scherzo de la Sonate pour violon et piano FAE-sonate de Johannes Brahms par Manuel Vioque-Judde

Voir l'interprétation de la Pavane op 50 de Faure par Manuel Vioque-Judde

Vidéo réalisée par l'agence 3foisC

Partager par emailImprimer

Derniers reportages

  • Interview de Denis Herlin et Cécile Quesney

    Remarquable musicien, chef d’orchestre et compositeur exigeant, Caplet était porté par l’idéal d’un art vocal et instrumental intime, parfois audacieux et très souvent inspiré par le sentiment religieux. Sa personnalité musicale, marquée par celle de Debussy, s’est développée au fil d’une carrière très dense, mais aussi discontinue, partagée entre composition et interprétation. À partir des nombreuses sources disponibles aujourd’hui, le présent volume examine les différentes étapes du parcours de Caplet et les spécificités de son œuvre envoûtante et protéiforme. Enrichies de documents inédits, dont de nouvelles lettres de Debussy, ces contributions dévoilent toutes les facettes d’une figure marquante de la musique française du début du XXe siècle.

  • Vers 1846, à l’attention de Pauline Chazaren, une élève qui lui avait été envoyée par Liszt, Frédéric Chopin entreprit d’annoter le Livre I du Clavier Bien Tempéré de Bach – un devancier auquel le Polonais vouait on le sait un véritable culte. Après avoir longtemps dormi dans une collection privée, ce document passionnant paraît aux Editions Symétrie grâce à l’initiative de la Société Française de Musicologie. Grand spécialiste de Chopin, Jean-Jacques Eigeldinger a rédigé le commentaire d’un facsimile qui souligne à quel point la musique de Bach demeurait vivante pour l’auteur des Mazurkas. Il présente ici cette entreprise éditoriale, avec en contrepoint des extraits interprétés par Nathanël Gouin.

  • Deux journées de concerts gratuits ouvriront les festivités, suivis de près de 40 concerts à Besançon dans une dizaine de lieux de concerts, et en région à Belfort, Lons-le-Saunier et Dole.
    Rendez-vous du 11 au 20 septembre 2020 !

    Plus d'infos