Videos

  • Retour sur 65 années incroyables dédiées à la harpe, élève de Lily Laskine, soliste internationale, partenaire musicale des plus grands musiciens et créatrice de dizaines d'oeuvres.
    - Votre première rencontre ?
    - Quelle place occupe la harpe ?
    - Le voyage ou l'aventure ?
    - Des souvenirs amusants ?
    - Des témoignages bouleversants ?
    - Y-a-t-il une école de harpe française ?
    - Un plat français ?
    - Un livre français ?
    - Un film français ?
    - Une expression française ?
     
    Episode de la série « A classical voyage with… » réalisé par le Centre National de la Musique pour les réseaux sociaux de "What the France".
     
     
    Réalisation : 3foisC / Christophe Cornubert
     
    30 Août 2023
  • Marion Ralincourt, flûte solo de l'orchestre Les Siècles présente sa superbe flûte Bonneville de 1908 avec laquelle elle joue le répertoire français de la fin XIXe / début XXe : Ravel, Debussy, Stravinsky...
    Plus d'infos sur Les Siècles

    31 Mai 2023
  • Teaser du CD "l’Œil du cyclone " réalisé par Camille Voisin.
    Avec Véronique Poltz, Jacques Raynaut, Yoko Kubo piano, Pierre-Henri Xuereb alto, Joël Versavaud saxophone, Carla Rees et Gergely Ittzès, flûtes en sol, Rodolfo Montero flûte, Pierre Monty piccolo.

    Plus d'infos sur www.piccolo-beaumadier.com

    25 Juillet 2022
  • Premier récital en solo de Lucile Boulanger. La gambiste française, BBC Music Magazine l'a même décrite comme "la Jacqueline du Pré de la viole de gambe" - juxtapose Bach à Carl Friedrich Abel, un grand maître de la basse de viole et un ami proche de la famille Bach. Si Jean-Sébastien n'a jamais écrit pour la viole de gambe seule, nous savons qu'il a transcrit nombre de ses œuvres pour d'autres instruments. Ainsi, Lucile Boulanger a choisi, par exemple, de transcrire trois danses de la Sixième Suite, "parce qu'elle sonne particulièrement bien à la viole, étant écrite pour violoncelle à cinq cordes. Cet album me donne l'occasion de mettre en valeur la viole à la fois comme instrument mélodique - avec le grain de l'archet, la fragilité du timbre - et polyphonique."
     
    11 Février 2022
  • Nommée dans la catégorie "artiste lyrique" des révélations des Victoires de la Musique Classique 2021, la soprano Marie-Laure Garnier chante "Sola, perduta, abbandonata" extrait de Manon Lescaut de Puccini, avec Célia Oneto Bensaid (piano).

    Voir toutes les Révélations des Victoires de la Musique Classique 2021

    Votez pour les Révélations 2021 !

    26 Janvier 2021
  • Akhenaton fut l’un des pharaons les plus marquants de l’Égypte ancienne. Il réussit en effet à imposer l’un des premiers monothéismes de l’histoire, faisant de Râ, le dieu soleil, la seule et unique divinité de son royaume.

    Quand le compositeur américain Philip Glass décide de consacrer plusieurs opéras à de grandes figures de l’histoire, Akhenaton s’impose à lui avec évidence. Après Einstein on the Beach (1976) et Satyagraha (1980), Aknathen vient clore avec brio cette trilogie. Utilisant des textes de l’époque, dont un poème d’Akhenaton lui-même, l’ouvrage parcourt son règne aussi brillant qu’original depuis son accession au trône après la mort de son père Aménophis III, jusqu’à sa chute. Akhnaten recèle quelques moments phares de la musique minimaliste, comme la géniale scène du couronnement !

    Nouvelle production

    Distribution
    Direction musicale : Léo Warynski
    Mise en scène et chorégraphie : Lucinda Childs
    Scénographie et costumes : Bruno De Lavenère
    Lumières : David Debrinay
    Vidéo : Étienne Guiol

    Akhnaten : Fabrice Di Falco
    Nefertiti : Julie Robard-Gendre
    Reine Tye : Patrizia Ciofi
    Horemhab : Joan Martín-Royo 
    Amon : Frédéric Diquero
    Aye : Vincent Le Texier
    Amenhotep (rôle parlé) : Lucinda Childs
    Six filles d’Akhnaten : Karine Ohanyan, Rachel Duckett, Mathilde Lemaire Vassiliki Koltouki, Annabella Ellis, Aviva Manenti 

    18 Janvier 2021
  • Cap sur l’Angleterre de la fin du XVIIe et du début du XVIIIe siècle avec le programme « O Solitude » présenté par Le Consort en clôture du Festival de Royaumont 2020. Comme son intitulé le laisse supposer, il fait largement honneur à Henry Purcell (1659-1695), avec diverses pages vocales, confiées au contre-ténor Paul-Antoine Bénos-Djian, mais aussi un ground pour clavecin et la Sonata of Four Parts Z 807, placés en introduction. Purcell auquel John Blow rend hommage dans l’émouvante Ode on the Death de Henry Purcell, écrite un an après la disparition prématurée de son ancien élève et ami.

    Côté instrumental, le programme du Consort réserve par ailleurs une belle place à Nicola Matteis (1650-1714), violoniste virtuose et compositeur d’origine napolitaine qui mena une très belle carrière à Londres à partir de 1672 et contribua à y développer le goût de la musique italienne.

    Programme détaillé : http://bit.ly/Programme-OSolitude

    10 Novembre 2020
  • La Tarentella conclusive du triptyque Venezia et Napoli de Liszt (supplément à la 2ème Année de Pèlerinage) refermait de solaire façon le récital de demi-finale de Denis Kozhukhin (né en 1986), le 15 mai 2010. Le 29 mai, le candidat russe remporta le 1er Prix avec le Concerto n° 2 de Serge Prokofiev.

    Plus d’infos sur Denis Kozhukhin
     
    Ces images ont été produites et sont la propriété de la RTBF et VRT, partenaires médias du Concours Reine Elisabeth :
    https://www.rtbf.be/culture/musique/concours-reine-elisabeth
    https://www.vrt.be/vrtnu/a-z/koningin-elisabethwedstrijd/

    12 Mai 2020
  • C’est la fameuse Marche turque de Mozart que Célia Oneto Bensaid a choisie pour cette vidéo en confinement. Mais si tout commence normalement, très vite la swinguante impertinence de Fazil Say prend le dessus pour un résultat ... hautement vitaminé !

    On en raffole, comme de l’énergie et des couleurs que la pianiste montrait dans son très réussi premier disque en solo (Soupir), qui réunit Gershwin et Bernstein.

    Passionnée de mélodie et de musique de chambre, Célia Oneto Bensaid fait équipe depuis longtemps avec la soprano Marie-Laure Garnier ; leur duo a d’ailleurs remporté en 2017 le Prix de Mélodie au Concours Lili et Nadia Boulanger. Des pages signées Zemlinsky, Caplet et Schubert témoignent de leur belle entente (dans « Le promenoir des amants », récital collectif publié dans la série Orsay-Royaumont Live de B Records).

    Côté chambriste, la pianiste a pris part l’an dernier à un portrait de Camille Pépin, l’une des personnalités montantes de la scène contemporaine (#NoMadMusic).

    Plus d’infos sur Célia Oneto Bensaid

    Musique en confinement

     

    28 Avril 2020
  • Robin Pharo (viole de gambe), interprète De Machy : Prélude en sol mineur pour viole de gambe seule et Sainte-Colombe : Les Pleurs (arrgt R. Pharo)

    Voyage dans le XVIIe siècle français avec Robin Pharo, qui enchaîne le Prélude en sol mineur du Sieur De Machy, tiré d’un recueil de Pièces de Violle édité à Paris en 1685 et Les Pleurs de Monsieur de Sainte-Colombe le Père. Cette dernière page provient du Tombeau des regrets, ouvrage appartenant aux Concerts à deux violes égales (Concert XLIV) ; on la découvre ici dans l’arrangement pour viole seule de Robin Pharo.

    Parmi les réalisations discographiques du gambiste, rappelons un très bel album Charles Dollé (« L’Anonyme parisien », ParatyDisque de la Semaine de Concertclassic), mais aussi un programme elisabéthain bâti autour de la figure du méconnu Robert Jones avec l’ensemble Près de votre oreille : 

    Portrait de Robin Pharo

    Plus d’infos sur Robin Pharo

    Musique en confinement

    15 Avril 2020
  • Le séjour de Bach à la cour de Köthen (de la fin 1717 à avril 1723) fait figure d’âge d’or pour la musique instrumentale. C’est selon toute vraisemblance vers 1722 qu’il écrivit son unique ouvrage pour flûte solo : la Partita en la mineur.
    Transcripteur très actif, d’auteurs italiens en particulier, Bach aura ensuite été beaucoup arrangé, pour piano en particulier, au XIXe et au début du XXe siècle (par Liszt et Busoni entre autres). Plus près de nous, Gustav Leonhardt n’a pas résisté au plaisir d’adapter pour le clavecin la fluide Allemande introductive du BWV 1013, qu’Olivier Fortin nous offre de son confinement bourguignon.

    Parmi les derniers enregistrements d’Olivier Fortin (chez Alpha Classics), rappelons une belle anthologie François Couperin et un original et dépaysant programme Routes du café, avec les voix de Hana Blazikova, Reinoud Van Mechelen, Lisandro Abadie et l’ensemble Masques. Toujours au côté de celui-ci, l'interprète a récemment signé un programme de concertos à deux clavecins de Bach (BWV 1060, 1061 et 1062) et Pergolesi avec la complicité de son collègue Emmanuel Frankenberg.

    Plus d’infos sur Olivier Fortin et l’Ensemble Masques

    Musique en confinement

    12 Avril 2020
  • Lancé en 2016 par un collectif de jeunes, l’Orchestre des Jeunes d’Île-de-France est un tremplin pour les jeunes musiciens professionnels. Placé sous la direction de David Molard Soriano, l’OJIF se donne pour mission de proposer aux jeunes, à la charnière de leurs études et de leur carrière, les conditions professionnelles exigeantes qu’ils rencontreront bientôt : quelques répétitions seulement, encadrées par des musiciens titulaires des plus grandes phalanges, des programmes ambitieux, des solistes renommés... Tous les concerts ont été filmés : l’Oiseau de feu (en version intégrale), la Symphonien°3 de Saint-Saëns avec Thomas Ospital à Saint-Eustache, le Concerto n°2 de Chopin avec Nathanaël Gouin, entre autres. Actuellement dans la fosse du Théâtre des Champs-Elysées pour l’opéra participatif Les Petites Noces d’après Mozart, l’OJIF revient les 18 et 19 avril à Paris pour une mise en perspective du Requiem de Mozart.

    > Plus d'infos

     

    03 Février 2020

Pages