"O Solitude" par le Consort à Royaumont

Cap sur l’Angleterre de la fin du XVIIe et du début du XVIIIe siècle avec le programme « O Solitude » présenté par Le Consort en clôture du Festival de Royaumont 2020. Comme son intitulé le laisse supposer, il fait largement honneur à Henry Purcell (1659-1695), avec diverses pages vocales, confiées au contre-ténor Paul-Antoine Bénos-Djian, mais aussi un ground pour clavecin et la Sonata of Four Parts Z 807, placés en introduction. Purcell auquel John Blow rend hommage dans l’émouvante Ode on the Death de Henry Purcell, écrite un an après la disparition prématurée de son ancien élève et ami.

Côté instrumental, le programme du Consort réserve par ailleurs une belle place à Nicola Matteis (1650-1714), violoniste virtuose et compositeur d’origine napolitaine qui mena une très belle carrière à Londres à partir de 1672 et contribua à y développer le goût de la musique italienne.

Programme détaillé : http://bit.ly/Programme-OSolitude

Partager par emailImprimer

Derniers reportages

  • Que seraient les festivals sans les bénévoles qui y travaillent, avec passion, partout en France ?
    Place à deux d'entre eux, aux Rencontres Musicales de Vézelay 2021 qui, durant quatre jours, proposent plus d'une vingtaine d'événements musicaux.
    Plus d'infos sur le festival

  • L'Ouverture de The School for Scandal, op. 5 est la première œuvre pour grand orchestre composée par Samuel Barber en 1931 alors qu'il terminait ses études au Curtis Institute of Music de Philadelphie, et dont la première a été donnée le 30 août 1933.
    Elle est ici enregistrée par James Gaffigan et l’Orchestre symphonique de Lucerne chez Harmonia Mundi.

  • Trépidants et ouverts, les musiciens de l’Orchestre de chambre Pelléas ont fait le choix de s’inventer un jardin musical bien à eux.
    Ensemble, ils ont fait le rêve de former, avec Benjamin Levy, chef d’orchestre mais aussi musicien parmi les musiciens, une phalange au fonctionnement et à l’esprit différents qui serait la leur, respirant à pleins poumons l’air de liberté, de joie et de fraternité de la musique de chambre à l'échelle d'un orchestre.

    Une formation démocratique et indépendante, cogérée par un comité de musiciens animés par le seul bonheur de jouer en s’imposant la plus grande exigence, tournée vers la découverte en redonnant vie à des œuvres souvent oubliées du répertoire français des XIXe et XXe siècles. Enfin, ensemble historiquement informé, faisant le choix d’appliquer sur les instruments d’aujourd’hui les découvertes faites sur les instruments d'époque.

    > Plus d'infos sur l'Orchestre Pelléas