Trio Le matin de Benoît Menut (4e mouvement)

Par l’Ensemble Calliopée 
Alexandra Soumm, violon
Karine Lethiec, alto et direction artistique
Florent Audibert, violoncelle 
 
Extrait du film « Une Pierre raconte - hommage à la dalle de Saint-Béléc de l’Age du bronze »
La première carte topographique, datant de 4000 ans, mise en musique ! 
Dans le cadre de la résidence Musico-Archéo de l’Ensemble Calliopée au musée d’Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye. 
Tournage au sein des collections de l’Age du Bronze et sur les toits du château.
 
Découverte en 1900 au sein d’un tumulus daté de l’âge du Bronze ancien à Leuhan dans le Finistère, la Dalle ornée de Saint-Belec a été réétudiée par une équipe pluridisciplinaire de chercheurs. Datée de plus de 4000 ans, cette dalle, par ses nombreux motifs gravés serait considérée comme la plus ancienne carte topographique d’Europe. Cette pierre est la clé de voûte d’un programme musical conçu comme un voyage minéral et organique, des temps anciens jusqu’à la création d’aujourd’hui , qui navigue entre paysages finistériens, formes, couleurs et matières…avec deux compositeurs bretons : Jean Cras qui était également officier de marine au début du XXe siècle et qui écrit une musique évoquant ses voyages et mélange les parfums d’ailleurs qui sonnent parfois comme des airs bretons et Benoît Menut, aussi né à Brest. 
Artiste engagé et passionné, Benoît Menut a été récompensé par les Prix Sacem 2016, SACD 2019, lauréat des professeurs au Grand Prix des Lycéens et nommé aux Victoires de la Musique classique 2021 et 2022. Il définit sa musique comme « de l’énergie en sons portée par du sens ». Son trio à cordes porte une énergie rythmique vivifiante, proche des fêtes bretonnes. 
L’Ensemble Calliopée propose la représentation musicale de la dalle de Saint-Belec par une création, Ar men du compositeur Benoît Menut qui a une appétence particulière pour ces paysages finistériens qu’il connaît bien et a écrit une oeuvre musicale qui suit les stations de cette carte et chacun des cinq mouvements représentent un endroit, un lieu. Il s’agit d’une sorte de chemin en plusieurs étapes , d’inspiration sensorielle et organique , partant du sommet pour aller vers l’élément liquide. De l’ombre à lumière , le signe de la pierre rejoint celui de la partition….la carte géographique retrouvée se transforme alors en voyage musical, à travers le Temps. Symbole, Histoire, transmission…
Partager par emailImprimer

Derniers reportages

  • "Les Noces de Figaro" compte parmi les opéras les plus emblématiques du répertoire. Brahms en parlait comme d’un « miracle » et la plainte de la Comtesse résonne encore aujourd’hui comme une des pages musicales les plus déchirantes. 

    C’est en reprenant la comédie de Beaumarchais qui fut à l’origine d’un scandale dans la société parisienne, que Mozart et son librettiste Da Ponte entamèrent leur première collaboration. La pièce avait été interdite par Joseph II en 1785 au Théâtre de Vienne. Est‑ce parce qu’elle exposait trop sur le devant de la scène les contradictions d’un régime déjà vacillant, prêt à sombrer avec la Révolution française ? 

    Netia Jones conserve l’essence même de la pièce de Beaumarchais en questionnant avec humour mais non sans espièglerie les rapports humains, dans une production qui vient confondre réalité et fiction au point de se demander, comme le Comte : « Jouons‑nous une comédie ? »

    Extrait issu de la répétition générale - Rachel Frenkel (Cherubino)

  • Dans le New York des années 1930, la machine à rêves de Broadway tourne à plein régime et il est dur de s’y faire une place. La jeune et talentueuse Peggy Sawyer tente sa chance au sein d’une compagnie qui monte un nouveau spectacle, Pretty Lady. Mais il n’est pas facile de devenir une star !

    Cette comédie musicale, qui fit sensation dès son lever de rideau devenu iconique, retrace les coulisses du show business. L’envers du décor n’est pas toujours rose mais l’amour du spectacle et du métier est plus fort que tout. The show must go on ! Démonstration de claquettes, pluie de paillettes, 16 tableaux, plus de 300 costumes… 42nd Street revient au Châtelet avec une nouvelle distribution pour le plaisir de tous. Un spectacle euphorisant pour les fêtes de fin d’année.

  • Dans les coulisses du Festival d'Ambronay.
    L'ensemble allemand I Zefirelli interprète Blackheath, extrait du manuscrit londonien The Dancing Master datant de la fin XVIIe s. / début XVIIIe s.
    I Zefirelli est un des ensembles sélectionnés par le projet européen Eeemerging+ qui soutient de jeunes ensembles de musique ancienne et dont le Centre Culturel de Rencontre d'Ambronay est un des membres actifs.