Schubert et l'arpeggione par l'Amoroso

Étrange destinée que celle de l’arpeggione, instrument inventé en 1823. Connu également sous le nom de « guitare d’amour », l’arpeggione est en fait une guitare munie d’un chevalet, tenu entre les genoux comme un violoncelle et joué avec un archet. L’instrument connut un certain succès durant une dizaine d’années, mais, curieusement quasi rien n’est conservé de son répertoire spécifique si ce n’est le chef-d’œuvre absolu qu’est la sonate que lui dédie Franz Schubert en 1824.
C’est autour de cette célèbre sonate que Guido Balestracci et les musiciens de l’Amoroso ont construit une délicieuse Schubertiade, réunissant autour de l’arpeggione et du piano, la voix et les guitares qui s’approprient tout un répertoire empruntés aux Lieder du compositeur viennois.
 
 
 
Partager par emailImprimer

Derniers reportages

  • La viole est son double, pourrait-on dire de Marin Marais (1656-1728) en paraphrasant le mot de Camille Bourniquel au sujet de Chopin et du piano. Une viole dont le disciple de Sainte-Colombe a enrichi la littérature de Cinq Livres (parus entre 1686 et 1725). Du dernier, Guido Balestracci interprète ici deux extraits : le bref Prélude en harpègement, très caractéristique de l’écriture de Marais, suivi du Badinage dont l’intitulé traduit l’humeur tendre et gracieuse.
    Concert de chambre

    Site de Guido Balestracci et de l’ensemble L’Amoroso

  • Fichu Coronavirus ! On se réjouissait de savourer la reprise de “L’Amour vainqueur” à l’Opéra de Limoges début avril, spectacle dont Olivier Py a signé le texte, la mise en scène et la musique.
    A défaut, Flannan Obé nous en offre un extrait : La Chanson du Jardinier.
    En version a cappella, confinement oblige.
    Concert de chambre
    Site de Flannan Obé

     

  • Méconnu, trop souvent taxé d’austérité – par ceux qui ne l’ont pas écouté ! – Max Reger (1873-1916) laisse une vaste production riche de pages merveilleuses.
    Composée en 1914/1915, la Suite n°2 pour alto solo réunit de la plus séduisante façon l’admiration de l’auteur pour Bach et un lyrisme d’essence très romantique.
    Site de Pierre Lenert

    Concert de chambre enregistré "en confinement" par Pierre Lenert le 22 mars 2020.