Nous sommes de l’ordre de Saint Babouyn par l'Ensemble Clément Janequin

Nous sommes de l’ordre de Saint Babouyn de Loyset Compere (1445-1518)
par l'Ensemble Clément Janequin
.
Extrait du programme Les plaisirs du palais, banquet musical palindromique
franco-flamand écrit pour quatre voix et luth.
L'Ensemble Clement Janequin est dirigé par Dominique Visse.
Plus d'infos sur http://www.satirino.fr/fr/artists/ensemble-clement-janequin

Paroles de la chanson : 
Nous sommes de l'ordre de Saint Babouyn
L'ordre ne dit mye de lever matin
Dormir jusqu'a prime Et boire bon vin
Et din din din...
Et dire matines sur un pot de vin
A nostre diner le beau chapon gras
La soupe au jaunet comme au mardi gras
La pièce de boeuf et le gras mouton
Et don don don....
Et voila la vie que nous demandons
A nostre gouter le bon vin clairet
La belle salade au harenc soret
Pastés de pigeons sisont de saison
Et don don don ...
Et voila la vie que nous demandons
A nostre souper les connys rotis
Faisans et butor et aussi perdrix
Poussins a l'eau rose et force chapons
Et don don don...
Et voila la vie que nous demandons
Et après souper le beau hypocras
La tourte sucrée au fromage gras
Les poires confites en plusieurs façons
Et don don don ...
Et voila la vie que nous demandons
A notre coucher nous aurons blancs draps
Et la belle fille entre nos deux bras
Les tetins poignans, la motte du con
Et don don don ...
Et voila la vie que nous demandons
Et quand ce vint l'eure qu'on sonne minuit
Et fille s'eveille pour prendre déduit
Le compagnon saute chassant a son con
Et don don don ...
Et voila la vie que nous demandons
A notre lever les beaux instruments
Trompettes et clairons, tambourins d'argent
Enfants sans soucis jouant du bedon
Et don don don
Et voila la vie que nous demandons.
 

Partager par emailImprimer

Derniers reportages

  • Pas de Festival Palazzetto Bru Zane à Paris cette année en raison de la crise sanitaire. On en profite pour se plonger dans les archives du Centre de musique romantique française de Venise disponibles sur le site Bru Zane Replay, et pour réveiller de beaux souvenirs ! Parmi ceux-ci, la Nuit du Quatuor français (1), le 1er juin 2018 aux Bouffes du Nord (dans le cadre du 6ème Festival PBZ), avait permis d’entendre le Quatuor Cambini-Paris dans le Quatuor en sol mineur CG 365 de Charles Gounod et, non moins rare, le 4ème Quatuor en la mineur op. 56 n° 2 de Théodore Gouvy. La forme reine de la musique de chambre fut aussi l’affaire des compositeurs français du XIXe siècle : les Cambini-Paris le prouvent avec autant de complicité que de style !   

    (1)www.concertclassic.com/article/nuit-du-quatuor-francais-au-6eme-festival...

  • Découvrez le Lille Piano Festival en version digitale les 12, 13, et 14 juin 2020. 
    19 concerts en direct ou en différé sur la chaine Youtube du festival :
     

  • « Un concert merveilleux » commenta un contemporain d’Aliotti en découvrant Il trionfo della morte per il peccato d’Adamo (1677)de Bonaventura Aliotti (vers 1640-vers 1690). On le conçoit sans mal en écoutant le lamento d’Eve « Discioglietevi, dileguatevi » (Dissolvez-vous, libérez-vous), morceau d’une rare prégnance ici chanté par Capucine Keller, par lequel Adam n’écoutant plus la voix de la Raison cèdera aux charmes d’Eve ...

    On aurait dû retrouver Les Traversée baroques en juin au Festival du Haut-Jura, annulé comme tant d’autres. Ce n’est que partie remise, l’ensemble sera présent dans un programmation surprise du Haut-Jura les 19 et 20 septembre prochains, avec entre autres des pages du Polonais Kaspar Förster. Quant au Trionfo d’Aliotti, il est programmé le 25 octobre en clôture du Festival de Lanvellec.

    Plus d’infos sur Les Traversées baroques