Libera Me - CNSMDL - Chambre avec vue Saison 2, Épisode 2

Saison 2 de "Chambre avec vue", série de 3 mini-reportages produits par le CNSMD de Lyon, et portant sur des ensembles en Master de musique de chambre, jeunes talents diplômés en 2019.
Né en 2015 au CNSMD de Lyon, Libera me doit son nom au Miserere de Joseph Michel, oeuvre qui devient le ferment de leur amitié musicale et leur source d’inspiration. Très attaché à l’histoire et au patrimoine français, l’ensemble est aussi résolument tourné vers la création et la remise en question de la forme traditionnelle du « concert classique ». Alliant tradition et innovation, il s’attache à faire sonner dans une interprétation « historiquement éclairée » des partitions aujourd’hui oubliées ou délaissées. Soucieux d’aller à la rencontre de tous les publics, il valorise des instruments et des lieux porteurs d’histoire en conviant d’autres arts comme le théâtre, la littérature et la danse, et s’engage dans des actions de sensibilisation et de création pédagogiques.
Depuis 2015, Libera me sillonne plusieurs régions de France (Périgord, Charentes-Maritimes, Pays-Basque, Isère, Île-de-France, Ain…) tout en privilégiant Lyon et ses environs. Il a joué récemment à l’Amphithéâtre de l’Opéra de Lyon, au théâtre Kantor de l’ENS, ainsi qu’à Paris dans le cadre de la Saison Jeunes Talents. Chaque été il est en résidence à Fanlac (24), village périgordin qui accueille ses nouvelles créations.
TAG 
Partager par emailImprimer

Derniers reportages

  • « Un concert merveilleux » commenta un contemporain d’Aliotti en découvrant Il trionfo della morte per il peccato d’Adamo (1677)de Bonaventura Aliotti (vers 1640-vers 1690). On le conçoit sans mal en écoutant le lamento d’Eve « Discioglietevi, dileguatevi » (Dissolvez-vous, libérez-vous), morceau d’une rare prégnance ici chanté par Capucine Keller, par lequel Adam n’écoutant plus la voix de la Raison cèdera aux charmes d’Eve ...

    On aurait dû retrouver Les Traversée baroques en juin au Festival du Haut-Jura, annulé comme tant d’autres. Ce n’est que partie remise, l’ensemble sera présent dans un programmation surprise du Haut-Jura les 19 et 20 septembre prochains, avec entre autres des pages du Polonais Kaspar Förster. Quant au Trionfo d’Aliotti, il est programmé le 25 octobre en clôture du Festival de Lanvellec.

    Plus d’infos sur Les Traversées baroques

  • L’ensemble Les Traversées baroques fait partie des formations à l’affiche du Festival Résidence / Artistes en Résistance à l’Opéra de Dijon où il donnera (via le streaming) trois concerts les 8, 9 et 10 juin. Fondées en 2008 par Judith Pacquier (dir. artistique) et Etienne Meyer (dir. musicale), Les Traversées baroques aiment à explorer des répertoires méconnus, comme le prouve un très bel enregistrement sorti début avril (2CD Accent) de l’oratorio Il trionfo della morte per il peccato d’Adamo de Bonaventura Aliotti (vers 1640-vers 1690), un frère franciscain mineur originaire de Palerme. Créé en 1677 à Ferrare, son Trionfo offre une musique très expressive portée par un orchestre d’une ampleur et d’une richesse peu communes. Une dimension perceptible dès la Sinfonia introductive, que l’on découvre ici.

    Plus d’infos sur Les Traversées baroques

     

  • On a appris à connaître Florian Noack dans le grand répertoire russe et les transcriptions romantiques : il s’est signalé l’an passé par un remarquable album Prokofiev (La Dolce Volta / Lire le compte-rendu). Reste que le répertoire baroque réussit particulièrement bien aussi à l’artiste belge, comme le prouve une Sonate en mineur K. 98 (Allegrissimo) de Domenico Scarlatti ailée et lumineuse à souhait.   

    Plus d’infos sur Florian Noack