Le Quatuor Cambini répète le quatuor n°2 de Félicien David

Coup de Coeur du partenariat Carrefour de Lodéon & Concertclassic, le Quatuor Cambini-Paris interprète le quatuor n°2 de Félicien David à l'Opéra Comique, dans le cadre de la sortie de leur CD le 10 janvier 2012.

(De gauche à droite) : Julien Chauvin, premier violon – Pierre-Eric Nimylowycz, alto - Atsushi Sakaï, violoncelle - Karine Crocquenoy, violon.

Le Quatuor Cambini-Paris affectionne les répertoires rares. Après des enregistrements Devienne-Vachon-Cambini-Boccherini (MBF) et Jadin (Timpani) remarqués, cette jeune formation sur instruments d’époque vient de signer un non moins séduisant CD Félicien David (Ambroisie-Naïve) et se produit le 6 janvier (à 13h) et le 8 janvier (à 11h) à l’Opéra Comique dans un programme Jadin-David-Gouvy. Premier dans la liste des « Coups de cœur » inscrits dans le cadre du partenariat entre Le Carrefour de Lodéon/France Inter et Concertclassic.

Partager par emailImprimer

Derniers reportages

  • Noh-Bach, programme imaginé autour du Clavier bien tempéré de Jean-Sébastien Bach par Frédérick Haas avec le danseur de théâtre Nō Masato Matsuura. « Ce détour par l’Orient, explique Frédérick Haas, permet de prendre du recul, de réagir aux stéréotypes de la musique baroque d’aujourd’hui, à cette récente tradition d’interprétation européenne tout juste retrouvée alors que celle du théâtre Nō est ininterrompue depuis huit cents ans. »

  • Interview de Denis Herlin et Cécile Quesney

    Remarquable musicien, chef d’orchestre et compositeur exigeant, Caplet était porté par l’idéal d’un art vocal et instrumental intime, parfois audacieux et très souvent inspiré par le sentiment religieux. Sa personnalité musicale, marquée par celle de Debussy, s’est développée au fil d’une carrière très dense, mais aussi discontinue, partagée entre composition et interprétation. À partir des nombreuses sources disponibles aujourd’hui, le présent volume examine les différentes étapes du parcours de Caplet et les spécificités de son œuvre envoûtante et protéiforme. Enrichies de documents inédits, dont de nouvelles lettres de Debussy, ces contributions dévoilent toutes les facettes d’une figure marquante de la musique française du début du XXe siècle.

  • Vers 1846, à l’attention de Pauline Chazaren, une élève qui lui avait été envoyée par Liszt, Frédéric Chopin entreprit d’annoter le Livre I du Clavier Bien Tempéré de Bach – un devancier auquel le Polonais vouait on le sait un véritable culte. Après avoir longtemps dormi dans une collection privée, ce document passionnant paraît aux Editions Symétrie grâce à l’initiative de la Société Française de Musicologie. Grand spécialiste de Chopin, Jean-Jacques Eigeldinger a rédigé le commentaire d’un facsimile qui souligne à quel point la musique de Bach demeurait vivante pour l’auteur des Mazurkas. Il présente ici cette entreprise éditoriale, avec en contrepoint des extraits interprétés par Nathanël Gouin.