Le Mikado de Gilbert & Sullivan par Opera Fuoco

Adaptation libre du Mikado de Gilbert et Sullivan par Opera Fuoco au Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines le vendredi 25 mai 2012, dans le cadre d'un projet pédagogique regroupant plusieurs classes de primaire et de lycée. Livret de Félix Pruvost, avec la participation de la classe de seconde du Lycée Jean Vilar de Plaisir. Décors et costumes réalisées par le Lycée professionnel Jules Verne de Sartrouville.

Direction musicale : David Stern. Mise en scène : Véronique Samakh. Assistante à la mise en scène : Anne-Catherine Chagrot. Conseiller artistique : Jay Bernfeld. Directrice des actions pédagogiques : Elisabeth Askren

Avec les solistes de l'Atelier Lyrique d'Opera Fuoco : Douglas Henderson (le Mikado), Julie Fioretti (Yum-Yum), Jay Bernfeld (Ko-Ko), Sébastian Monti (Nanki-Poo), Jean-Sébastien Beauvais (Katisha), Luanda Siqueira (Peep-Bo), Virgile Ancely (Pooh-Bah) et Aurélia Marchais (Pitti-Sing). Avec l'Ensemble vocal de Saint-Quentin-en-Yvelines dirigé par Valérie Josse.

Plus d'infos sur www.operafuoco.fr

Partager par emailImprimer

Derniers reportages

  • La viole est son double, pourrait-on dire de Marin Marais (1656-1728) en paraphrasant le mot de Camille Bourniquel au sujet de Chopin et du piano. Une viole dont le disciple de Sainte-Colombe a enrichi la littérature de Cinq Livres (parus entre 1686 et 1725). Du dernier, Guido Balestracci interprète ici deux extraits : le bref Prélude en harpègement, très caractéristique de l’écriture de Marais, suivi du Badinage dont l’intitulé traduit l’humeur tendre et gracieuse.
    Concert de chambre

    Site de Guido Balestracci et de l’ensemble L’Amoroso

  • Fichu Coronavirus ! On se réjouissait de savourer la reprise de “L’Amour vainqueur” à l’Opéra de Limoges début avril, spectacle dont Olivier Py a signé le texte, la mise en scène et la musique.
    A défaut, Flannan Obé nous en offre un extrait : La Chanson du Jardinier.
    En version a cappella, confinement oblige.
    Concert de chambre
    Site de Flannan Obé

     

  • Méconnu, trop souvent taxé d’austérité – par ceux qui ne l’ont pas écouté ! – Max Reger (1873-1916) laisse une vaste production riche de pages merveilleuses.
    Composée en 1914/1915, la Suite n°2 pour alto solo réunit de la plus séduisante façon l’admiration de l’auteur pour Bach et un lyrisme d’essence très romantique.
    Site de Pierre Lenert

    Concert de chambre enregistré "en confinement" par Pierre Lenert le 22 mars 2020.