King Kong par l'Ensemble Télémaque

King Kong par l'Ensemble Télémaque.
Une terre sauvage et inexplorée, un monde perdu et primitif, propre à faire frémir l’imaginaire. Lorsque les explorateurs découvrent Skull Island, la jungle qui s’ouvre devant eux lève le voile sur celui qui va devenir l’icône absolue du cinéma fantastique : King Kong.
Sorti en 1933, le film d’Ernest Schoedsack reste une fable intemporelle autour du thème de la belle et la bête. D’une technicité sans égale dans l’histoire de l’animation, il a durablement marqué et terrorisé des générations de spectateurs, chacun gardant en mémoire ces scènes où l’actrice Fay Wray est emportée par le gorille au sommet de l’Empire State Building !
Pour ce ciné-concert interprété par les membres de l’Ensemble Télémaque et des chœurs amateurs, Raoul Lay offre une partition qui réinvente avec gourmandise l’univers de ce grand film d’aventure. En conjuguant les voix aux instruments acoustiques, électriques et aux sons électroniques, il redonne toute sa force sonore à ce chef-d’œuvre extravagant.

Avec l'Ensemble Télémaque, Raoul Lay, composition et direction, Brigitte Peyré, soprano, Choeur Amateur Sous la direction de Marianne Suner, avec l’Ensemble Vocal de l’Enéide de Maurepas (dir. Caroline Petitjean- Tomba).

Concert donné dans le cadre du Festival d'Ile-de-France. Plus d'infos sur www.festival-idf.fr

 

Partager par emailImprimer

Derniers reportages

  • Que seraient les festivals sans les bénévoles qui y travaillent, avec passion, partout en France ?
    Place à deux d'entre eux, aux Rencontres Musicales de Vézelay 2021 qui, durant quatre jours, proposent plus d'une vingtaine d'événements musicaux.
    Plus d'infos sur le festival

  • L'Ouverture de The School for Scandal, op. 5 est la première œuvre pour grand orchestre composée par Samuel Barber en 1931 alors qu'il terminait ses études au Curtis Institute of Music de Philadelphie, et dont la première a été donnée le 30 août 1933.
    Elle est ici enregistrée par James Gaffigan et l’Orchestre symphonique de Lucerne chez Harmonia Mundi.

  • Trépidants et ouverts, les musiciens de l’Orchestre de chambre Pelléas ont fait le choix de s’inventer un jardin musical bien à eux.
    Ensemble, ils ont fait le rêve de former, avec Benjamin Levy, chef d’orchestre mais aussi musicien parmi les musiciens, une phalange au fonctionnement et à l’esprit différents qui serait la leur, respirant à pleins poumons l’air de liberté, de joie et de fraternité de la musique de chambre à l'échelle d'un orchestre.

    Une formation démocratique et indépendante, cogérée par un comité de musiciens animés par le seul bonheur de jouer en s’imposant la plus grande exigence, tournée vers la découverte en redonnant vie à des œuvres souvent oubliées du répertoire français des XIXe et XXe siècles. Enfin, ensemble historiquement informé, faisant le choix d’appliquer sur les instruments d’aujourd’hui les découvertes faites sur les instruments d'époque.

    > Plus d'infos sur l'Orchestre Pelléas