Interview de Nicolas Ramez, cor

Interview de Nicolas Ramez, cor, Révélation Classique Adami 2017.
Nicolas débute le cor avec François Mérand au CRR de Nantes. A l’âge de 11 ans, il gagne le premier prix du concours Wassermassons « cor petites mains ». En 2011, il obtient le second prix au Concours International de Brno puis en 2016 remporte le 3e prix du concours international de l'ARD de Munich. A 16 ans, il est admis au CNSM de Paris, dans la classe d’André Cazalet où il obtient son Master. Apprécié pour ses qualités de chambriste, Nicolas a été invité à se produire au sein de la « Folle Journée Camerata » fondée par René Martin en 2014, avec laquelle il a eu l’occasion de participer à « La Folle Journée du Japon » et « La folle Journée de Nantes ». Depuis janvier 2016, il occupe le poste de premier cor solo au sein de l’orchestre de chambre de Paris. Il continue également de s’investir dans divers projets notamment avec l’ensemble Ouranos, quintette à vent soutenu par la fondation Singer-Polignac, avec lequel il participe à de nombreuses manifestations musicales à travers la France.

Vidéo réalisée par l'agence 3foisC

Partager par emailImprimer

Derniers reportages

  • Pour ténor et orchestre à l’origine, le Chant géorgien de Mili Balakirev (1837-1910) fut écrit en 1863 sur un poème de Pouchkine (« Ne poy, krasavitsa, pri mne » ; Ne chantez plus pour moi, belle). La trompette de Romain Leleu s’approprie cette pièce (notée Andantino) aux couleurs caractéristiques de l’art de celui qui fédéra le célèbre Groupe des Cinq.
    Plus d’infos sur Romain Leleu
    Musique en confinement
     

  • Henri-Charles Caget se définit comme « batteur, percussionniste, bruitiste » : de la musique baroque à l’univers de la création contemporaine (il participe au Concert de l’Hostel Dieu comme aux Percussion Claviers de Lyon ou à l’Ensemble Orchestral Contemporain) il s’affirme comme un musicien sans frontières, à qui l’on doit aussi plusieurs spectacles musicaux (BLOK, Suspendre le Temps, Tunnel de soi, etc.) ou encore une collaboration avec Emilie Simon. Pour Concertclassic, il signe une improvisation bruissante et mystérieuse.

    Plus d’infos sur Henri-Charles Caget

    Musique en confinement

  • Si les Sonates n° 2 (1892-1897) et n° 3 (1897), les Etudes op. 8 (1894-1895) et les Préludes op. 11 (1888-1896) sont souvent joués, quantité de morceaux de jeunesse de Scriabine demeurent très méconnus, tel l’Impromptu en fa dièse majeur op. 12 n°1 (1895). Parmi les plus séduisantes illustrations de la « première manière » d’un compositeur nourri de l’exemple de Frédéric Chopin, devancier plus que tout autre admiré, la pièce séduit immédiatement par la plénitude de ses harmonies et sa générosité mélodique.
    Sous les doigts de Clément Lefebvre, il dévoile un autre aspect de l’art d’un interprète remarqué en 2018 pour un récital Rameau/Couperin d’une rare poésie (1 CD Evidence) :
    Lire l'article 
    Plus d’infos sur Clément Lefebvre

    Musique en confinement