Interview de Nicolas Ramez, cor

Interview de Nicolas Ramez, cor, Révélation Classique Adami 2017.
Nicolas débute le cor avec François Mérand au CRR de Nantes. A l’âge de 11 ans, il gagne le premier prix du concours Wassermassons « cor petites mains ». En 2011, il obtient le second prix au Concours International de Brno puis en 2016 remporte le 3e prix du concours international de l'ARD de Munich. A 16 ans, il est admis au CNSM de Paris, dans la classe d’André Cazalet où il obtient son Master. Apprécié pour ses qualités de chambriste, Nicolas a été invité à se produire au sein de la « Folle Journée Camerata » fondée par René Martin en 2014, avec laquelle il a eu l’occasion de participer à « La Folle Journée du Japon » et « La folle Journée de Nantes ». Depuis janvier 2016, il occupe le poste de premier cor solo au sein de l’orchestre de chambre de Paris. Il continue également de s’investir dans divers projets notamment avec l’ensemble Ouranos, quintette à vent soutenu par la fondation Singer-Polignac, avec lequel il participe à de nombreuses manifestations musicales à travers la France.

Vidéo réalisée par l'agence 3foisC

Partager par emailImprimer

Derniers reportages

  • Pas de Festival Palazzetto Bru Zane à Paris cette année en raison de la crise sanitaire. On en profite pour se plonger dans les archives du Centre de musique romantique française de Venise disponibles sur le site Bru Zane Replay, et pour réveiller de beaux souvenirs ! Parmi ceux-ci, la Nuit du Quatuor français (1), le 1er juin 2018 aux Bouffes du Nord (dans le cadre du 6ème Festival PBZ), avait permis d’entendre le Quatuor Cambini-Paris dans le Quatuor en sol mineur CG 365 de Charles Gounod et, non moins rare, le 4ème Quatuor en la mineur op. 56 n° 2 de Théodore Gouvy. La forme reine de la musique de chambre fut aussi l’affaire des compositeurs français du XIXe siècle : les Cambini-Paris le prouvent avec autant de complicité que de style !   

    (1)www.concertclassic.com/article/nuit-du-quatuor-francais-au-6eme-festival...

  • Découvrez le Lille Piano Festival en version digitale les 12, 13, et 14 juin 2020. 
    19 concerts en direct ou en différé sur la chaine Youtube du festival :
     

  • « Un concert merveilleux » commenta un contemporain d’Aliotti en découvrant Il trionfo della morte per il peccato d’Adamo (1677)de Bonaventura Aliotti (vers 1640-vers 1690). On le conçoit sans mal en écoutant le lamento d’Eve « Discioglietevi, dileguatevi » (Dissolvez-vous, libérez-vous), morceau d’une rare prégnance ici chanté par Capucine Keller, par lequel Adam n’écoutant plus la voix de la Raison cèdera aux charmes d’Eve ...

    On aurait dû retrouver Les Traversée baroques en juin au Festival du Haut-Jura, annulé comme tant d’autres. Ce n’est que partie remise, l’ensemble sera présent dans un programmation surprise du Haut-Jura les 19 et 20 septembre prochains, avec entre autres des pages du Polonais Kaspar Förster. Quant au Trionfo d’Aliotti, il est programmé le 25 octobre en clôture du Festival de Lanvellec.

    Plus d’infos sur Les Traversées baroques