Interview de Marianne Croux, soprano

Interview de Marianne Croux, soprano, Révélation Classique Adami 2017.
Marianne commence le chant à l’âge de quinze ans. En 2011, elle est admise au CNSM de Paris dans la classe de Chantal Mathias. En 2015, elle profite d’un échange avec la Manhattan School of Music de New York pour travailler avec Mignon Dunn. À l’opéra, Marianne chante Gretel (Hansel et Gretel, Humperdinck), Constance (Dialogues des Carmélites, Poulenc), Louise de Vilmorin (La Carmélite, Hahn), Sophia Schliemann (Iliade l’amour, Jolas), La cinquième servante (Elektra, Strauss), Frasquita (Carmen, Bizet), La jeune femme (Reigen, Boesmans). Elle est invitée à se produire à la Philharmonie de Paris, Radio France, The Grange Festival, chante sous la direction de Hartumut Haenchen, David Reiland, Raphaël Pichon, Emmanuelle Haïm, Cornelius Meister, Jean-Luc Tingaud et Jean Deroyer. Durant la saison 2016/2017, elle est membre du Studio de l’Opéra de Lyon puis entre en résidence à l’Académie de l’Opéra de Paris en septembre 2017.
 
 
Vidéo réalisée par l'agence 3foisC
Partager par emailImprimer

Derniers reportages

  • Présente depuis le départ dans l’aventure du Palazzetto Bru Zane, Véronique Gens a mis sa curiosité insatiable au service de nombreux projets dont le dernier en date, le récital « Nuits » enregistré avec l’ensemble I Giardini (Alpha), offre un admirable exemple. Le 8 octobre 2011 à Venise, elle interprétait un programme « Héroïnes romantiques » avec les Talens lyriques de Christophe Rousset, en écho à la sortie d’un disque (Erato) réalisé avec la même formation – et promis à un immense succès ! Un document filmé que l’on retrouve avec bonheur sur de site Bru Zane Replay 

    De Gluck à Verdi, en passant par Salieri, Méhul, Gossec, Kreutzer, Meyerbeer et Berlioz, un magnifique voyage s’offre à l’auditeur et séduit par le sens du mot et l’engagement dramatique de la soprano.

  • Pas de Festival Palazzetto Bru Zane à Paris cette année en raison de la crise sanitaire. On en profite pour se plonger dans les archives du Centre de musique romantique française de Venise disponibles sur le site Bru Zane Replay, et pour réveiller de beaux souvenirs ! Parmi ceux-ci, la Nuit du Quatuor français (1), le 1er juin 2018 aux Bouffes du Nord (dans le cadre du 6ème Festival PBZ), avait permis d’entendre le Quatuor Cambini-Paris dans le Quatuor en sol mineur CG 365 de Charles Gounod et, non moins rare, le 4ème Quatuor en la mineur op. 56 n° 2 de Théodore Gouvy. La forme reine de la musique de chambre fut aussi l’affaire des compositeurs français du XIXe siècle : les Cambini-Paris le prouvent avec autant de complicité que de style !   

    (1)www.concertclassic.com/article/nuit-du-quatuor-francais-au-6eme-festival...

  • Découvrez le Lille Piano Festival en version digitale les 12, 13, et 14 juin 2020. 
    19 concerts en direct ou en différé sur la chaine Youtube du festival :