Interview de Caroline Sypniewski, violoncelle

Interview de Caroline Sypniewski, violoncelle, Révélation Classique Adami 2017.
Née à Toulouse en 1992, Caroline est une violoncelliste issue de la classe de Jérôme Pernoo au CNSM de Paris. Elle a également reçu les conseils réguliers de Gary Hoffman et Lluis Claret lors de master classes, à Kronberg, à l’Académie de Villecroze…
Elle est actuellement dans la Classe d’Excellence de Gautier Capuçon et prend part à l'Académie Jaroussky à la Seine Musicale. Elle est invitée à se produire régulièrement, notamment au Centre de Musique de Chambre à la salle Cortot, au Festival International de Musique de Chambre à Salon de Provence, à Tons Voisins, au Festival de la Vézère, au Festival Notes d’été à Irancy, et a joué au Victoria Hall à Genève, à la Philharmonie de Paris, à la Fondation Louis Vuitton, au Kurhaus à Baden-Baden.
Elle est soutenue par la Fondation Safran et a obtenu le prix Ginette Neveu lors de la Carl Flesch Academy, ainsi que le Grand Prix de la Ville de Ciboure lors de l'Académie Maurice Ravel.
Vidéo réalisée par l'agence 3foisC

Partager par emailImprimer

Derniers reportages

  • La viole est son double, pourrait-on dire de Marin Marais (1656-1728) en paraphrasant le mot de Camille Bourniquel au sujet de Chopin et du piano. Une viole dont le disciple de Sainte-Colombe a enrichi la littérature de Cinq Livres (parus entre 1686 et 1725). Du dernier, Guido Balestracci interprète ici deux extraits : le bref Prélude en harpègement, très caractéristique de l’écriture de Marais, suivi du Badinage dont l’intitulé traduit l’humeur tendre et gracieuse.
    Concert de chambre

    Site de Guido Balestracci et de l’ensemble L’Amoroso

  • Fichu Coronavirus ! On se réjouissait de savourer la reprise de “L’Amour vainqueur” à l’Opéra de Limoges début avril, spectacle dont Olivier Py a signé le texte, la mise en scène et la musique.
    A défaut, Flannan Obé nous en offre un extrait : La Chanson du Jardinier.
    En version a cappella, confinement oblige.
    Concert de chambre
    Site de Flannan Obé

     

  • Méconnu, trop souvent taxé d’austérité – par ceux qui ne l’ont pas écouté ! – Max Reger (1873-1916) laisse une vaste production riche de pages merveilleuses.
    Composée en 1914/1915, la Suite n°2 pour alto solo réunit de la plus séduisante façon l’admiration de l’auteur pour Bach et un lyrisme d’essence très romantique.
    Site de Pierre Lenert

    Concert de chambre enregistré "en confinement" par Pierre Lenert le 22 mars 2020.