Interview d'Anna Göckel, violon

Anna Göckel, violon, révélation classique Adami 2016.
Anna Göckel découvre le violon à Marseille, avant d'étudier au Conservatoire de Paris avec Jean-Jacques Kantorow, puis aux Pays-Bas avec Boris Belkin.
Elle se passionne pour la musique de chambre, travaille avec le Quatuor Ysaÿe et rencontre Menahem Pressler, Ferenc Rados, Jean-Claude Pennetier, Donald Weilerstein, Maxim Vengerov, Hatto Beyerle. Elle se perfectionne actuellement auprès de David Grimal à Saarbrücken.
Elle remporte à 21 ans le Concours de l'ARD de Munich au sein du Trio
Karénine, et se produit au Wigmore Hall de Londres, au Victoria Hall à Genève, à la Herkulessaal à Munich, au Théâtre des Champs-Elysées à Paris.
Anna a joué en soliste avec l'OSLP, le Neue Westfalen Philharmonie et l'orchestre de la Bayerische Rundfunk. Elle est invitée à l'Académie Ozawa et en 2016 au Steans Music Institute du Festival de Ravinia (USA).
Anna Göckel joue sur un Stradivarius de 1734, grâce au soutien de l'Atelier Cels et de la Karolina Blaberg Stiftung

 

TAG 
Partager par emailImprimer

Derniers reportages

  • Que seraient les festivals sans les bénévoles qui y travaillent, avec passion, partout en France ?
    Place à deux d'entre eux, aux Rencontres Musicales de Vézelay 2021 qui, durant quatre jours, proposent plus d'une vingtaine d'événements musicaux.
    Plus d'infos sur le festival

  • L'Ouverture de The School for Scandal, op. 5 est la première œuvre pour grand orchestre composée par Samuel Barber en 1931 alors qu'il terminait ses études au Curtis Institute of Music de Philadelphie, et dont la première a été donnée le 30 août 1933.
    Elle est ici enregistrée par James Gaffigan et l’Orchestre symphonique de Lucerne chez Harmonia Mundi.

  • Trépidants et ouverts, les musiciens de l’Orchestre de chambre Pelléas ont fait le choix de s’inventer un jardin musical bien à eux.
    Ensemble, ils ont fait le rêve de former, avec Benjamin Levy, chef d’orchestre mais aussi musicien parmi les musiciens, une phalange au fonctionnement et à l’esprit différents qui serait la leur, respirant à pleins poumons l’air de liberté, de joie et de fraternité de la musique de chambre à l'échelle d'un orchestre.

    Une formation démocratique et indépendante, cogérée par un comité de musiciens animés par le seul bonheur de jouer en s’imposant la plus grande exigence, tournée vers la découverte en redonnant vie à des œuvres souvent oubliées du répertoire français des XIXe et XXe siècles. Enfin, ensemble historiquement informé, faisant le choix d’appliquer sur les instruments d’aujourd’hui les découvertes faites sur les instruments d'époque.

    > Plus d'infos sur l'Orchestre Pelléas