Henguerrand de Hys, ténor - interview

Interview d'Enguerrand de Hys, ténor, révélation classique de l'Adami. Il débute le chant au Conservatoire de Toulouse et intègre, après avoir obtenu un Prix de Chant mention Très Bien, le Conservatoire National Supérieur de Paris dont il est diplômé en juin 2014. Il a gagné en 2011, le 2eme Prix du Concours international de la Mélodie française de Toulouse. Sur scène, il a chanté Don Ottavio dans Don Giovanni de Mozart du Théâtre de Bastia dans une mise en scène de Vincent Vittoz en septembre 2012. L’année suivante, il a le rôle du Jeune Homme dans Reigen de Philippe Boesmans, sous la direction de Tito Ceccherini et Pedrillo dans l’Enlèvement au Sérail avec l’orchestre d’Avignon.
 
En 2014, il incarne Mitridate dans Mitridate Rè di Ponto de Mozart sous la direction David Reiland et le Gondolier dans Otello de Rossini avec l’Ensemble Matheus dirigé par Jean-Christophe Spinosi au Théâtre des Champs-Elysées et au Festival de Pentecôte de Salzbourg. Dans ses projets on notera Ubaldo dans Armida de Haydn avec le Cercle de l’Harmonie, mise en scène Mariame Clement ; Alessandro dans Il ré pastore de Mozart avec l’Ensemble Matheus en décembre et Arturo dans Lucia di Lammermoor à l’Opéra de Limoges en 2015.
Interview réalisée le 1er août 2014 à l'église de Cattlar dans le cadre du Festival de Prades.
Plus d'infos sur l'Adami : www.adami.fr

Voir l'air de Griolet « Un tailleur amoureux » de La Fille du Tambour Major d'Offenbach par Enguerrand de Hys

Voir l'air de Don Ottavio « Il mio tesoro » de Don Giovanni de Mozart par Enguerrand de Hys

 

Partager par emailImprimer

Derniers reportages

  • Concert donné par le SWR Symphonieorchester dirigé par Teodor Currentzis le 21 janvier 2022 à la le Stuttgarter Liederhalle.
    Au programme :
    ​Olivier Messiaen : Les offrandes oubliées 
    Johannes Brahms : Concerto pour piano n°2 op.83 (12'04)
    Johanne Brahms : Lieder op. 105 (1'04'57)
    Igor Stavinski : L'Oiseau de feu (1'10'23)
    Franz Liszt : Sonnet 104 de Pétrarque (1'14'24)
     
    Soliste : Alexandre Kantorow, piano
  • Enregistré au Diaghilev Festival (Perm) en juin 2014. Avec le MusicAeterna.
  • Par l’Ensemble Calliopée 
    Alexandra Soumm, violon
    Karine Lethiec, alto et direction artistique
    Florent Audibert, violoncelle 

    Extrait du film « Une Pierre raconte - hommage à la dalle de Saint-Béléc de l’Age du bronze »
    La première carte topographique, datant de 4000 ans, mise en musique ! 
    Dans le cadre de la résidence Musico-Archéo de l’Ensemble Calliopée au musée d’Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye. 
    Tournage au sein des collections de l’Age du Bronze et sur les toits du château.

    Découverte en 1900 au sein d’un tumulus daté de l’âge du Bronze ancien à Leuhan dans le Finistère, la Dalle ornée de Saint-Belec a été réétudiée par une équipe pluridisciplinaire de chercheurs. Datée de plus de 4000 ans, cette dalle, par ses nombreux motifs gravés serait considérée comme la plus ancienne carte topographique d’Europe. Cette pierre est la clé de voûte d’un programme musical conçu comme un voyage minéral et organique, des temps anciens jusqu’à la création d’aujourd’hui , qui navigue entre paysages finistériens, formes, couleurs et matières…avec deux compositeurs bretons : Jean Cras qui était également officier de marine au début du XXe siècle et qui écrit une musique évoquant ses voyages et mélange les parfums d’ailleurs qui sonnent parfois comme des airs bretons et Benoît Menut, aussi né à Brest. 
    Artiste engagé et passionné, Benoît Menut a été récompensé par les Prix Sacem 2016, SACD 2019, lauréat des professeurs au Grand Prix des Lycéens et nommé aux Victoires de la Musique classique 2021 et 2022. Il définit sa musique comme « de l’énergie en sons portée par du sens ». Son trio à cordes porte une énergie rythmique vivifiante, proche des fêtes bretonnes. 
    L’Ensemble Calliopée propose la représentation musicale de la dalle de Saint-Belec par une création, Ar men du compositeur Benoît Menut qui a une appétence particulière pour ces paysages finistériens qu’il connaît bien et a écrit une oeuvre musicale qui suit les stations de cette carte et chacun des cinq mouvements représentent un endroit, un lieu. Il s’agit d’une sorte de chemin en plusieurs étapes , d’inspiration sensorielle et organique , partant du sommet pour aller vers l’élément liquide. De l’ombre à lumière , le signe de la pierre rejoint celui de la partition….la carte géographique retrouvée se transforme alors en voyage musical, à travers le Temps. Symbole, Histoire, transmission…