Festival Pianos, pianos

Le Festival « Pianos, pianos » souhaite mettre en lumière la merveilleuse mécanique sonore du piano, et la diversité des instruments : depuis le début du XIXe siècle, les facteurs et les compositeurs n’ont eu de cesse de l’enrichir et de faire évoluer sa musicalité.
Durant deux jours, plusieurs générations d’artistes – accompagnés par la Médiathèque Musicale Mahler et la Fondation Royaumont – partageront avec le public leur passion pour le piano et leur approche renouvelée de l’interprétation, fruit de recherches sur des œuvres puisées pour une grande part dans les fonds de pianistes conservés à la Médiathèque Musicale Mahler.
Edoardo Torbianelli et Claudia Chan, artistes en résidence – Nicolas Hodges, formateur – Benjamin d’Anfray, Laura Fernandez Granero, Luca Montebugnoli, lauréats, présenteront quelques-unes des pages les plus originales ou emblématiques du répertoire pianistique des XIXe et XXe siècles, confrontant les esthétiques et les temporalités dans un esprit d’ouverture et de curiosité.
Une attention toute particulière sera également portée à la qualité des instruments : pianos romantiques, pianos modernes, pianos préparés, toy piano… Les pianos historiques seront présentés dans un état de conservation et de restauration exceptionnel.
 
Plus d'infos sur pianos-pianos.fr
 
Partager par emailImprimer

Derniers reportages

  • "Les Noces de Figaro" compte parmi les opéras les plus emblématiques du répertoire. Brahms en parlait comme d’un « miracle » et la plainte de la Comtesse résonne encore aujourd’hui comme une des pages musicales les plus déchirantes. 

    C’est en reprenant la comédie de Beaumarchais qui fut à l’origine d’un scandale dans la société parisienne, que Mozart et son librettiste Da Ponte entamèrent leur première collaboration. La pièce avait été interdite par Joseph II en 1785 au Théâtre de Vienne. Est‑ce parce qu’elle exposait trop sur le devant de la scène les contradictions d’un régime déjà vacillant, prêt à sombrer avec la Révolution française ? 

    Netia Jones conserve l’essence même de la pièce de Beaumarchais en questionnant avec humour mais non sans espièglerie les rapports humains, dans une production qui vient confondre réalité et fiction au point de se demander, comme le Comte : « Jouons‑nous une comédie ? »

    Extrait issu de la répétition générale - Rachel Frenkel (Cherubino)

  • Dans le New York des années 1930, la machine à rêves de Broadway tourne à plein régime et il est dur de s’y faire une place. La jeune et talentueuse Peggy Sawyer tente sa chance au sein d’une compagnie qui monte un nouveau spectacle, Pretty Lady. Mais il n’est pas facile de devenir une star !

    Cette comédie musicale, qui fit sensation dès son lever de rideau devenu iconique, retrace les coulisses du show business. L’envers du décor n’est pas toujours rose mais l’amour du spectacle et du métier est plus fort que tout. The show must go on ! Démonstration de claquettes, pluie de paillettes, 16 tableaux, plus de 300 costumes… 42nd Street revient au Châtelet avec une nouvelle distribution pour le plaisir de tous. Un spectacle euphorisant pour les fêtes de fin d’année.

  • Dans les coulisses du Festival d'Ambronay.
    L'ensemble allemand I Zefirelli interprète Blackheath, extrait du manuscrit londonien The Dancing Master datant de la fin XVIIe s. / début XVIIIe s.
    I Zefirelli est un des ensembles sélectionnés par le projet européen Eeemerging+ qui soutient de jeunes ensembles de musique ancienne et dont le Centre Culturel de Rencontre d'Ambronay est un des membres actifs.