Contes de la lune vague après la pluie de Xavier Dayer à l'Opéra Comique

Contes de la lune vague après la pluie, opéra de chambre de Xavier Dayer, sur un livret d’Alain Perroux, d’après le scénario du film de Kenki Mizoguchi. 
Dans le Japon du XVIe siècle en proie à la guerre civile, deux hommes pauvres partent en quête de reconnaissance. Leur couples seront dévastés par la séparation. Au centre de l’œuvre, un artiste croise une princesse ensorcelante et se laisse prendre au piège de sa propre vanité. Dans une atmosphère parfois fantastique, les destins s’entrecroisent pour composer un conte moral mis en scène par Vincent Huguet et dirigé par Jean-Philippe Wurtz.
Jean-Philippe Wurtz (direction musicale), Vincent Huguet (mise en scène), Ensemble Linea. Avec Taeill Kim, Majdouline Zerari, Carlos Natale, Judith Fa, Luanda Siqueira, David Tricou.
Opéra Comique, les 18 et 19 mai 2015.
Plus d’infos sur www.opera-comique.com

Partager par emailImprimer

Derniers reportages

  • La viole est son double, pourrait-on dire de Marin Marais (1656-1728) en paraphrasant le mot de Camille Bourniquel au sujet de Chopin et du piano. Une viole dont le disciple de Sainte-Colombe a enrichi la littérature de Cinq Livres (parus entre 1686 et 1725). Du dernier, Guido Balestracci interprète ici deux extraits : le bref Prélude en harpègement, très caractéristique de l’écriture de Marais, suivi du Badinage dont l’intitulé traduit l’humeur tendre et gracieuse.
    Concert de chambre

    Site de Guido Balestracci et de l’ensemble L’Amoroso

  • Fichu Coronavirus ! On se réjouissait de savourer la reprise de “L’Amour vainqueur” à l’Opéra de Limoges début avril, spectacle dont Olivier Py a signé le texte, la mise en scène et la musique.
    A défaut, Flannan Obé nous en offre un extrait : La Chanson du Jardinier.
    En version a cappella, confinement oblige.
    Concert de chambre
    Site de Flannan Obé

     

  • Méconnu, trop souvent taxé d’austérité – par ceux qui ne l’ont pas écouté ! – Max Reger (1873-1916) laisse une vaste production riche de pages merveilleuses.
    Composée en 1914/1915, la Suite n°2 pour alto solo réunit de la plus séduisante façon l’admiration de l’auteur pour Bach et un lyrisme d’essence très romantique.
    Site de Pierre Lenert

    Concert de chambre enregistré "en confinement" par Pierre Lenert le 22 mars 2020.