André Caplet, compositeur et chef d’orchestre

Interview de Denis Herlin et Cécile Quesney

Remarquable musicien, chef d’orchestre et compositeur exigeant, Caplet était porté par l’idéal d’un art vocal et instrumental intime, parfois audacieux et très souvent inspiré par le sentiment religieux. Sa personnalité musicale, marquée par celle de Debussy, s’est développée au fil d’une carrière très dense, mais aussi discontinue, partagée entre composition et interprétation. À partir des nombreuses sources disponibles aujourd’hui, le présent volume examine les différentes étapes du parcours de Caplet et les spécificités de son œuvre envoûtante et protéiforme. Enrichies de documents inédits, dont de nouvelles lettres de Debussy, ces contributions dévoilent toutes les facettes d’une figure marquante de la musique française du début du XXe siècle.

Partager par emailImprimer

Derniers reportages

  • A l'occasion de la reprise du Ballet royal de la nuit par l'Ensemble Correspondances, interview de Sébastien Daucé. Commandé par Mazarin au lendemain de la Fronde pour asseoir le pouvoir du jeune Louis XIV, Le Ballet Royal de la Nuit a consacré ce dernier en Roi Soleil. Sébastien Daucé a reconstitué au gré de quatre années de travail et de recherche la partition de ce spectacle hors-normes qui ne fut jamais rejoué après sa création en 1653.
     
    Prochaines dates à Caen, Lille, Luxembourg et Nancy : Plus d'infos
     
     
  • Noh-Bach, programme imaginé autour du Clavier bien tempéré de Jean-Sébastien Bach par Frédérick Haas avec le danseur de théâtre Nō Masato Matsuura. « Ce détour par l’Orient, explique Frédérick Haas, permet de prendre du recul, de réagir aux stéréotypes de la musique baroque d’aujourd’hui, à cette récente tradition d’interprétation européenne tout juste retrouvée alors que celle du théâtre Nō est ininterrompue depuis huit cents ans. »

  • Vers 1846, à l’attention de Pauline Chazaren, une élève qui lui avait été envoyée par Liszt, Frédéric Chopin entreprit d’annoter le Livre I du Clavier Bien Tempéré de Bach – un devancier auquel le Polonais vouait on le sait un véritable culte. Après avoir longtemps dormi dans une collection privée, ce document passionnant paraît aux Editions Symétrie grâce à l’initiative de la Société Française de Musicologie. Grand spécialiste de Chopin, Jean-Jacques Eigeldinger a rédigé le commentaire d’un facsimile qui souligne à quel point la musique de Bach demeurait vivante pour l’auteur des Mazurkas. Il présente ici cette entreprise éditoriale, avec en contrepoint des extraits interprétés par Nathanël Gouin.