Adrien La Marca (alto) interprète Oblivion d'Astor Piazzolla

Confiné ? Sans doute, mais Adrien La Marca se met en quatre pour interpréter Oblivion, une musique écrite en 1984 par le compositeur argentin pour « Henri IV, le roi fou », film de Marco Bellocchio.

Reste que l’actualité discographique se situe du côté de la musique anglaise pour l’altiste. Après un admirable récital «English delight », construit autour de la rare Sonate de Rebecca Clarke (1 CD La Dolce Volta / LDV 22), La Marca emporte et illumine un autre chef-d’œuvre méconnu d’outre-Manche, le Concerto pour alto et orchestre (1928, rév. 1961) de William Walton, avec la complicité de l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège conduit par Christian Arming. Une interprétation pleine de souffle et de relief, dont l’intensité narrative n’est que renforcée par la présence sur le même disque du très cinématographique On the Reel, du jeune compositeur belge Gwenaël Mario Grisi, et d’arrangements de Roméo et Juliette de Prokofiev. « Heroes » : un titre on ne peut mieux trouvé pour un disque qui parle singulièrement à l’imagination ! (1CD LDV 75)

Plus d'infos sur Adrien La Marca

La Dolce Volta

Musique en confinement

Partager par emailImprimer

Derniers reportages

  • Dans les coulisses du Festival d'Ambronay.
    L'ensemble allemand I Zefirelli interprète Blackheath, extrait du manuscrit londonien The Dancing Master datant de la fin XVIIe s. / début XVIIIe s.
    I Zefirelli est un des ensembles sélectionnés par le projet européen Eeemerging+ qui soutient de jeunes ensembles de musique ancienne et dont le Centre Culturel de Rencontre d'Ambronay est un des membres actifs.

  • Interview de Pauline Langlois de Swarte, co-fondatrice de l'ensemble Les Itinérantes.
    Pour le Festival d'Ambronay, le trio chante avec le chœur Avis aux amateurs !

    Questions posées :
    0'02 - A quel âge j'ai commencé la musique ?
    0'23 - Quels instruments je pratique ?
    0'39 - Pourquoi cet instrument ?
    1'37 - La première œuvre de musique classique que j'ai entendue et aimée ?
    2'10 - Quand ai-je pris conscience que mon métier était d'être musicien ?
    2'47 - Une personnalité qui m'a marqué ?
    3'14 - Le projet réalisé dont je suis le plus fier ?
    4'58 - Le projet à venir qui m'enthousiasme ?
    5'47 - La musique classique en trois mots ?
    6'32 - Pourquoi jouer de la musique classique aujourd'hui ?
    7'05 - Une œuvre méconnue à découvrir absolument !
    7'37 - Lorsque je ne joue pas de musique, je...

  • Interview de Pierre-Louis Rétat, fondateur de l'Ensemble Chiome d'Oro.
    Pour le Festival d'Ambronay, il dirige le chœur Avis aux amateurs !

    Questions posées :
    0'05 - A quel âge j'ai commencé la musique ?
    0'25 - Quels instruments je pratique ?
    0'40 - Pourquoi cet instrument ?
    1'11 - La première œuvre de musique classique que j'ai entendue et aimée ?
    1'34 - Quand ai-je pris conscience que mon métier était d'être musicien ?
    1'58 - Une personnalité qui m'a marqué ?
    3'02 - Le projet réalisé dont je suis le plus fier ?
    3'57 - Le projet à venir qui m'enthousiasme ?
    4'57 - La musique classique en trois mots ?
    5'16 - Pourquoi jouer de la musique classique aujourd'hui ?
    6'24 - Une œuvre méconnue à découvrir absolument !
    7'32 - Lorsque je ne joue pas de musique, je...

    > Voir le chœur Avis aux amateurs ! en répétition interpréter « Chi passa per sta strada », extrait de Villotte alla Padoana (1557) du compositeur italien Filippo Azzaiolo.