Videos

  • Fruit d’une commande de Radio-France, la transcription de la 1ère Symphonie (1951) d’Henri Dutilleux par Louis-Noël Bestion de Camboulas a été donnée par ce dernier en création mondiale le 27 novembre 2019 sur l’orgue Grenzing de l’Auditorium de la maison ronde. « Interprétation phénoménale », saluait Michel Roubinet dans son compte-rendu de l’événement (https://bit.ly/32RnVJe ). Un fascinant travail de recréation dont on prend la mesure en découvrant le Scherzo de l’ouvrage, interprété avec autant de maestria que de poésie sur l’instrument de Radio France

    18 Novembre 2020
  • La musique française réussit tout particulièrement au Quatuor Tchalik. Un an après un concert Reynaldo Hahn (compositeur auquel la formation vient de consacrer un magnifique enregistrement https://bit.ly/3pBRFUe) au Palazzetto Bru Zane, les quatre jeunes musiciens étaient de retour à Venise fin octobre pour un rendez-vous inscrit dans le cadre du Festival « Camille Saint-Saëns, l’homme-orchestre ».  Sous leurs archets inspirés, le Quatuor n° 1 (1899) – opus majeur de la littérature de quatuor au tournant du siècle – montre toute la force d’inspiration qui le sous-tend, tandis que le Quatuor n° 2 (1918), d’humeur nettement plus légère, se déploie avec élégance et esprit.

    18 Novembre 2020
  • Cap sur l’Angleterre de la fin du XVIIe et du début du XVIIIe siècle avec le programme « O Solitude » présenté par Le Consort en clôture du Festival de Royaumont 2020. Comme son intitulé le laisse supposer, il fait largement honneur à Henry Purcell (1659-1695), avec diverses pages vocales, confiées au contre-ténor Paul-Antoine Bénos-Djian, mais aussi un ground pour clavecin et la Sonata of Four Parts Z 807, placés en introduction. Purcell auquel John Blow rend hommage dans l’émouvante Ode on the Death de Henry Purcell, écrite un an après la disparition prématurée de son ancien élève et ami.

    Côté instrumental, le programme du Consort réserve par ailleurs une belle place à Nicola Matteis (1650-1714), violoniste virtuose et compositeur d’origine napolitaine qui mena une très belle carrière à Londres à partir de 1672 et contribua à y développer le goût de la musique italienne.

    Programme détaillé : http://bit.ly/Programme-OSolitude

    10 Novembre 2020
  • La musique du XVIIe siècle français occupe depuis l’origine une place essentielle dans le répertoire de l’Ensemble Correspondances, Marc-Antoine Charpentier (1643-1704) en particulier. Très présent dans la discographie de la formation, cet auteur inspire un nouvel enregistrement (Harmonia Mundi / HMM 902640), splendide, bâti autour de la Messe à quatre chœurs H.4. Cette partition majeure traduit l’influence de l’écriture polychorale italienne sur un compositeur qui avait effectué un séjour en Italie au mitan des années 1660. Prenant prétexte de celui-ci et des découvertes qui le ponctuèrent, Sébastien Daucé a imaginé un programme aux allures de voyage imaginaire menant le jeune musicien français à Bologne, Venise, Crémone et Rome. Précédée de pages de Cazzati, Cavalli, Merula, Beretta, Giamberti et Benevoli, la Messe à quatre chœurs prend toute sa signification ainsi mise en perspective.

    Plus d'infos sur l'Ensemble Correspondances
    Plus d'infos sur Harmonia Mundi

     

    03 Novembre 2020
  • Pour l'ouverture de la saison 2020/ 2021 de la Philharmonie de Paris avec l'Orchestre de Paris, Khatia Buniatishvili joue le Concerto n°1 de Beethoven. A la direction musicale, Marin Alsop.

    Répétition avec l'orchestre.

    26 Octobre 2020
  • Extrait de la Flûte enchantée de Mozart, la Reine de la nuit est interprétée par la soprano Diana Damrau.
    Mise en scène David Mc Vicar.
    Production de 2003 du Royal Opera House, Covent Garden (Londres).

    26 Octobre 2020
  • Lea Desandre, nommée "Révélation lyrique" aux Victoires de la Musique Classique en 2017, interprète "Armatae face et anguibus" extrait de l'opéra Juditha triumphans de Vivaldi, accompagnée de l'Ensemble Jupiter : Thomas Dunford au luth, Peter Whelan au basson, le violoncelliste Bruno Philippe, également "Révélation" aux Victoires de la Musique (2018), Jean Rondeau au clavecin et à l'orgue, Cecilia Bernardini et Louis Creac'h (violons), Jérôme Van Waerbeke (alto) et Douglas Balliett (contrebasse).

    Plus d'infos sur l'Ensemble Jupiter
    Plus d'infos sur Alpha Classics
     

    Sélection Concertclassic, les meilleures vidéos de musique classique

    19 Octobre 2020
  • Sommet absolu de l’art polyphonique, les motets de Bach exultent d’une allégresse qui pourrait surprendre lorsqu’on connait leur destination liturgique la plus fréquente : des services funèbres. À l’invitation du Motet BWV 225, Raphaël Pichon et son équipe nous entraînent dans cette interprétation jubilatoire, véritable hymne à la danse habilement mis en regard de la grande tradition du motet allemand. Le travail collectif effectué par Pygmalion tant sur le plan du style que celui du texte, rend pleinement justice à cette exubérance chorale.

    Plus d'infos sur l'Ensemble Pygmalion
    Plus d'infos sur Harmonia Mundi
     

    Sélection Concertclassic, les meilleures vidéos de musique classique

     

    19 Octobre 2020
  • Commandé par Mazarin au lendemain de la Fronde pour asseoir le pouvoir du jeune Louis XIV, Le Ballet Royal de la Nuit a consacré ce dernier en Roi Soleil. Sébastien Daucé a reconstitué au gré de quatre années de travail et de recherche la partition de ce spectacle hors-normes qui ne fut jamais rejoué après sa création en 1653.
    12 Octobre 2020
  • Noh-Bach, programme imaginé autour du Clavier bien tempéré de Jean-Sébastien Bach par Frédérick Haas avec le danseur de théâtre Nō Masato Matsuura. « Ce détour par l’Orient, explique Frédérick Haas, permet de prendre du recul, de réagir aux stéréotypes de la musique baroque d’aujourd’hui, à cette récente tradition d’interprétation européenne tout juste retrouvée alors que celle du théâtre Nō est ininterrompue depuis huit cents ans. »

    29 Septembre 2020
  • Interview de Denis Herlin et Cécile Quesney

    Remarquable musicien, chef d’orchestre et compositeur exigeant, Caplet était porté par l’idéal d’un art vocal et instrumental intime, parfois audacieux et très souvent inspiré par le sentiment religieux. Sa personnalité musicale, marquée par celle de Debussy, s’est développée au fil d’une carrière très dense, mais aussi discontinue, partagée entre composition et interprétation. À partir des nombreuses sources disponibles aujourd’hui, le présent volume examine les différentes étapes du parcours de Caplet et les spécificités de son œuvre envoûtante et protéiforme. Enrichies de documents inédits, dont de nouvelles lettres de Debussy, ces contributions dévoilent toutes les facettes d’une figure marquante de la musique française du début du XXe siècle.

    22 Septembre 2020
  • Vers 1846, à l’attention de Pauline Chazaren, une élève qui lui avait été envoyée par Liszt, Frédéric Chopin entreprit d’annoter le Livre I du Clavier Bien Tempéré de Bach – un devancier auquel le Polonais vouait on le sait un véritable culte. Après avoir longtemps dormi dans une collection privée, ce document passionnant paraît aux Editions Symétrie grâce à l’initiative de la Société Française de Musicologie. Grand spécialiste de Chopin, Jean-Jacques Eigeldinger a rédigé le commentaire d’un facsimile qui souligne à quel point la musique de Bach demeurait vivante pour l’auteur des Mazurkas. Il présente ici cette entreprise éditoriale, avec en contrepoint des extraits interprétés par Nathanël Gouin.

    14 Septembre 2020

Pages