Journal

Quatuors à Bordeaux - Un vivier d’exception – Compte-rendu

Le 8e Concours international de Quatuor à cordes à Bordeaux se tiendra du 2 au 8 mai 2016. Dans l’attente de cet événement dirigé par Bernard Lummeaux et le violoncelliste Alain Meunier, est organisée depuis deux ans une Académie pour préparer des ensembles préalablement sélectionnés à affronter les compétitions internationales de musique de chambre. Miguel Da Silva, l’altiste du Quatuor Ysaÿe, a assuré durant une semaine la formation de cinq quatuors qui, chacun à leur manière, possèdent déjà une maîtrise et une expérience d’un genre musical où l’art de la conversation en musique le dispute à la perfection technique.

Dans le chai du Château Lafite Rothschild © Simon Buchou

Dans le superbe chai du Château Lafite Rothschild, les Roumains du Quatuor Giocoso (fondé en 2003) prouvent qu’ils possèdent déjà un solide métier tant dans le bref Quartettsatz de Schubert que dans le Quatuor n° 3 « Leaves of an unwritten diary » de Penderecki, ouvrage influencé par Janáček et Chostakovitch. Le 1erSextuor op. 18 de Brahms (joué en complicité avec Miguel Da Silva et Alain Meunier, photo) affiche une clarté de ton, une rigueur de conception et un souffle au lyrisme profond, fervent, intense.
 
Au concert de clôture le lendemain, à l' Auditorium de Bordeaux, les cinq quatuors offrent un florilège du travail effectué lors des master classes. Le Quatuor Mucha (Slovaquie, 2003) témoigne, dans le 15èmeQuatuor en ré mineur KV 421 de Mozart, d’une finesse d’approche et d’une homogénéité à laquelle ne manque qu’un soupçon d’engagement pour une œuvre gorgée de sentiments et de couleurs.
 

Quatuor Van Kuijk © www.clairelaballery.com

Les Italiens du Quatuor Lyskamm (créé en 2008) proposent du Quatuor n° 8 D. 108 de Schubert une vision plus attentive à la justesse stylistique qu’à la narration. Eblouissant dans le Quatuor n° 2 « Pulsations de lumière » (1992) d’Akira Nishimura (1953), le Quatuor Van Kuijk (France, 2012), formation qui a remporté le 1er Prix du Concours de Londres en mars dernier, fait des miracles de perfection rythmique et d’art de la construction dans une réalisation marquée par Bartók. On y trouve une énergie, un sens de la pulsation qui impressionnent un public totalement sous le charme de ces jeunes musiciens. Une formation à suivre !

La Sérénade italienne de Wolf bénéficie de la fluidité et du sens des transitions du Quatuor Giocoso (superbe alto d’Adrian Stanciu). Cerise sur le gâteau, le mordoré Quintette KV 516 de Mozart (avec la participation de Miguel Da Silva), est emporté par le charme, l’élégance, la profondeur qu’instille le Quatuor Mettis (Lituanie, 2011), alliant lyrisme et poésie. Le nec plus ultra de la musique de chambre passe décidément par Bordeaux, terre d’élection du quatuor à cordes.
 
Michel Le Naour
 
Château Lafite Rothschild et Auditorium de Bordeaux, 15 et 16 mai 2015

Photo © Simon Buchou

Partager par emailImprimer

Derniers articles