Journal

L’Orchestre des Pays de Savoie, Lucienne Renaudin-Vary et Nicolas Chalvin (Streaming) – L'autre visage d'Antal Dorati

Les programmes des concerts captés durant la période de confinement, hormis des formats souvent plus courts que de coutume, n’auront pas été foncièrement différents de ceux auxquels on était habitué avant la survenance de la crise sanitaire. Les tubes sont restés les tubes et ont une fois de plus rallié beaucoup de suffrages, mais il est heureusement des interprètes qui ont su faire des choix originaux et profiter de l’accroche d’une œuvre populaire pour amener à entendre des partitions moins courues. Tel est le cas de Nicolas Chalvin (photo) et de l’Orchestre des Pays de Savoie lors d’un programme Bartók, Neruda, Dorati filmé l’an dernier à l’Auditorium de Lyon.
 
On présente plus le Divertimento pour cordes de Béla Bartók, l’une des œuvres pour cordes les plus prisées du XXe siècle, écrite durant l’été 1939 à la demande de Paul Sacher, un an avant l’exil du musicien aux Etats-Unis. Composition d’exil en revanche que l’American Serenade d’Antal Dorati que N. Chalvin a eu l’excellente idée de placer en regard de l’ouvrage de Bartók. Chef d’orchestre justement célébré, Dorati (1906-1988), on le sait moins, fut aussi compositeur (il avait travaillé avec Leo Weiner, Kodály et Bartók) et laisse une œuvre assez abondante et diversifiée. Parmi les toutes premières réalisations de son catalogue, l’American Serenade naquit au tout début de la décennie 1940, alors que l'artiste venait de prendre la décision de s’installer outre-Atlantique. D’une quinzaine de minutes, l’ouvrage est une forme d'hommage du Hongrois au pays qui l'accueillait et se divise en deux volets ; un prégnant Spiritual (Lento rubato) et une Dance (Allegro con brio) : belle découverte, rondement menée par Nicolas Chalvin !

Entre Bartók et Dorati, la participation de Lucienne Renaudin-Vary permet de savourer une pièce née en plein milieu du XVIIIe siècle : le Concerto pour trompette en mi bémol majeur de Johann Baptist Georg Neruda (vers 1707-vers 1780), Jan Křtitel Jiří Neruda serait-il plus exact d’écrire s’agissant de ce musicien d’origine bohémienne. C’est toutefois dans la sphère germanique, à Dresde en particulier, qu'il exerça son activité. Originellement conçu pour cor de chasse, le Concerto de Neruda a été transcrit et annexé par les trompettistes. On les comprend sans mal en goûtant à l’élan et à la fraîcheur heureuse de la partition !
 
Alain Cochard

 
Visionner : https://youtu.be/mn3c83kyOCs

© Marc Vanappelghem

Partager par emailImprimer

Derniers articles