Journal

Le Quatuor Ebène aux Bouffes du Nord – Instants de rêve – Compte-rendu

Somptueux programme des Ebène avec trois partitions majeures du répertoire : la jeunesse et la maturité de Beethoven de encadrent l’unique et ultime Quatuor de Fauré. De la première époque, le Quatuor op. 18 n° 3 de Beethoven, premier des « Lobkowitz » (1798), respire encore son Haydn et son Mozart mais s’en éloigne par un entêtement et des coups de boutoir accusés. Toujours justes sur le plan du style, les quatre musiciens rendent avec bonheur la vivacité et la variété de cette œuvre très contrastée. Moment d’intensité ensuite avec le Quatuor op. 121 de Fauré (1923), insondable, parfois mortifère, où les Ebène se montrent au sommet de leur art par une profondeur, la densité d’une sonorité mordorée et une gravité de tous les instants.(1) On remarquera les magnifiques interventions de l’alto de Marie Chilemme, dernière venue dans la formation.
 
Retour en seconde partie à Beethoven dont le 9eQuatuor op. 59 n° 3 « Razumovsky » (1806) s’inscrit dans la mouvance de l’« Appassionata » et du Quatrième Concerto pour piano. Sentiment d’urgence, vision orchestrale, construction tendue comme un arc, virtuosité : les Ebène nous tiennent de bout en bout en haleine. Le bis jazzy, en hommage à Didier Lockwood, montre la capacité d’adaptation de cet ensemble si abouti, à son aise dans le répertoire classique comme dans l’improvisation. Un rêve éveillé.
 
Michel Le Naour

logo signature article

(1) Les Ebène ont signé un très bel enregistrement de l'Opus 121 au sein d'une intégrale de la musique de chambre pour cordes et piano de Fauré (5CD Virgin Classics)

Paris, Théâtre des Bouffes du Nord, 14 mai 2018

Photo © Julien Mignot

Partager par emailImprimer

Derniers articles