Journal

Jean-Claude Casadesus et l’Orchestre National de Lille – Une « Résurrection » sous tension – Compte-rendu

Emotion à son comble dans l’Auditorium du Nouveau Siècle après l’hommage rendu par Jean-Claude Casadesus aux victimes des attentats du 13 novembre, suivi de La Marseillaise entonnée  en chœur par le public avec l’Orchestre National de Lille. La 2èmeSymphonie « Résurrection » de Mahler qu’a choisie Casadesus pour fêter les 40 ans de la phalange lilloise a toujours constitué l’un de ses chevaux de bataille ; il l’a d’ailleurs interprétée à de multiples reprises au concert – et en a signé un enregistrement.

© Ugo Ponte

Sa conception généreuse vise toujours à la clarté, à la souplesse des transitions (Allegro maestoso) sans perdre de vue le sens de la narration (Andante moderato), l’engagement physique et rythmique (Scherzo), tandis que la tension dramatique éclate dans toute son ampleur au moment de l’apothéose jubilatoire finale.Voix en apnée de la mezzo soprano Hermine Haselböck, timbre sombre et poignant dans le Urlicht, simplicité de ton de la soprano Olena Tokar éminemment musicale et Chœur Philharmonique Tchèque de Brno qui chante dans son arbre généalogique avec un sens des nuances et une profondeur à tirer des larmes.

L’acoustique particulièrement adaptée de l’Auditorium flambant neuf du Nouveau Siècle – dont il faut redire quelle pleine réussite elle constitue - met bien en valeur les interventions solistes des instrumentistes (les bois, les cuivres sans cesse sur le fil, la harpe …), avec une acuité confondante qui demande aux musiciens une concentration de tous les instants. Cette vision vécue de l’intérieur prend tout son sens en des moments tragiques partagés par l’assistance.

Michel Le Naour

logo signature article

Lille, Auditorium du Nouveau Siècle, 20 novembre 2015
 
Photo © Ugo Ponte

Partager par emailImprimer

Derniers articles