Journal

Concours Long-Thibaud-Crespin 2019 (Piano) – Liberté... de se singulariser !

Dédiée au violon, l’édition 2018 du Concours Long-Thibaud-Crespin a prouvé que la compétition entrait enfin dans une phase de renouveau depuis trop longtemps attendue. L’arrivée de Renaud Capuçon à sa direction artistique a pesé de façon décisive on le sait dans ce mouvement et a contribué au bout du compte à couronner des personnalités accomplies ou à tout le moins mettre en lumière de jeunes musiciens forts d’un réel potentiel de développement.
 

Bertrand Chamayou © Marco Borggreve

Tout est affaire d’hommes – et de femmes ! – et ceux impliqués dans la préparation et l’organisation de l’édition 2019, dédiée au piano, sont les gages d’un concours propre à distinguer de vraies individualités. Bertrand Chamayou (directeur artistique du Long-Thibaud-Crespin pour le piano) a, comme Renaud Capuçon l’an dernier, décidé de rompre avec ces choix de répertoire standards qui finissent par transformer les concours en de simples étapes d’un parcours international (parfois plus "sportif" que musical) au fil duquel les candidats rabâchent les mêmes partitions. « Le programme a été pensé afin que les candidats aient un grand espace de liberté, les encourageant à exprimer leur identité artistique et à assumer des choix personnels, précise B. Chamayou. » On se félicite ainsi de trouver à côté de certains grands classiques, de nombreuses possibilités pour le candidat de se singulariser. Tel est le cas dès l’épreuve éliminatoire, qui associe les Variations en fa mineur de Haydn, si révélatrices de la musicalité de son interprète ..., et une œuvre laissée au choix du candidat.
 

Quatuor Hermès © Lyodoh Kaneko

En demi-finale, on relève beaucoup de pages françaises, de Saint-Saëns, Fauré, Chabrier, Séverac, Dukas – manière de renouer avec l’univers musical de Marguerite Long –, ou encore de Messiaen, Dutilleux et Boulez. Côté musique de chambre (toujours en demi-finale), les participants bénéficieront de la participation de l’admirable Quatuor Hermès et auront le choix entre le Quintette op. 34 de Brahms, le Quintette de Franck et celui Op. 81 de Dvorak. Quant à la finale récital, elle illustre on ne peut mieux la liberté que Bertrand Chamayou a souhaité laisser aux candidats : hormis la pièce commandée à Michael Jarrel, ils y sont entièrement libres de leurs choix, le seul impératif étant d’offrir au moins dix minutes de Debussy et/ou de Ravel.
 

Martha Argerich © DR

L’épreuve de concerto (avec l’Orchestre National de France mené par l’Allemand Jesko Sirvend) propose certes des œuvres chères aux concours : 2èmeConcerto de Chopin, 24ème de Mozart, 3ème de Bartók, mais aussi des partitions bien plus rares dans les finales : le 1erConcerto de Rachmaninov, le 1er de Beethoven ou « L’Egyptien » de Saint-Saëns. Autant dire que, des éliminatoires à l'ultime épreuve, un candidat décidé affirmer sa singularité en aura eu les tous les moyens !
 

Marie-Josèphe Jude © Eric Manas

Les candidats ? Ils ont été sélectionnés par les soins de Marie-Josèphe Jude (au cours d’auditions organisées du 17 avril au 1er juillet, de Tokyo à Paris en passant par Shanghaï, Oslo, Moscou, New York, Londres, Hambourg et Vienne) : à ce jour 46 jeunes pianistes (1) sont annoncés sur la ligne de départ, le 8 novembre à la salle Cortot. 14 nationalités sont représentées et, détail révélateur de l’attractivité retrouvée du Long-Thibaud, la France est en tête avec 13 candidats, suivie par le Japon (11), nation très attachée on le sait à la compétition, la Chine (2), la Corée du Sud (6), la Russie (5), l’Allemagne, l’Arménie, la Bulgarie, le Canada, les Etats-Unis, Hong-Kong, l’Italie, la Pologne et Taïwan étant pour leur part chacun représentés par un unique candidat.

La qualité et la crédibilité d’un palmarès tient à celles de son jury et, à cet égard, le Long-Thibaud 2019 peut se targuer d’un caractère pour le moins exceptionnel. Quelle meilleure assurance contre l’eau tiède imaginer que la présence de Martha Argerich à sa présidence, Bertrand Chamayou occupant la vice-présidence. A leurs côtés, Marie-Josèphe Jude, Yulianna Avdeeva, Kirill Gerstein, Marc-André Hamelin, Jean-Bernard Pommier, Anne Queffélec et Xu Zhong prennent part à un jury international dont on peut sans risque assurer que son verdict, le 16 novembre à Radio France, aura un poids certain.

Notez enfin que, comme l’an dernier, les finales récital et concerto seront retransmises en direct sur www.France.TV/Culturebox, sur le site de France Musique et par Medici.

Alain Cochard

(1) Liste complète des candidats sur : http://www.long-thibaud-crespin.org/concours/piano-2019.html
 
Concours Long-Thibaud-Crespin 2019
Du 8 au 16 novembre 2019
Eliminatoires
8 novembre (10h30 – 14h30 – 18h30)
9 novembre (10h-14h-18h)
Paris – Salle Cortot
Demi-Finales
11 novembre (16h et 19h)
12 novembre (11h et 14h30)
Paris – Salle Cortot
Finale Récital
13 novembre (15h et 20h)
Paris - Auditorium de Radio France
Finale Concerto
15 novembre (20h)
16 novembre (19h)
Paris – Auditorium de Radio France
www.long-thibaud-crespin.org/concours/piano-2019.html
 
Photo © DR (Martha Argerich) / Marco Borggreve (Bertrand Chamayou)

Partager par emailImprimer

Derniers articles