Videos

  • L’opérette du XIXe siècle ne se résume pas Offenbach ! La musique légère fait partie de la mission du Palazzetto Bru Zane, qui a entrepris de faire redécouvrir les ouvrages de Louis-Auguste Florimond Ronger, dit Hervé (1825-1892) – ou « le compositeur toqué » ! Le Centre de musique romantique française de Venise a ainsi confié à la compagnie Les Brigands et au décorateur et scénographe Pierre-André Weitz (qui signait là sa toute première mise en scène) les Chevaliers de la Table ronde (1866). Servi par une approche aussi vivante que zébrée, une distribution rompue à l’esprit bouffe et la preste direction de Christophe Grapperon, ce spectacle loufoque a remporté un énorme succès au cours d’une longue tournée commencée à Bordeaux en novembre 2015. On le retrouve ici (disponible parmi d’autres archives du PBZ sur https://bru-zane.com/fr/replay/) dans la captation qui en a été réalisée au Théâtre Malibran de Venise, le 12 février 2016 

    30 Juin 2020
  • Musique en confinement mais à l’air libre pourtant pour Camille Thomas, comme on peut le constater avec cette captation haut-perchée. La violoncelliste a choisi la Danse des Esprits bienheureux de Gluck, page fameuse tirée de l’acte II d’Orphée et Eurydice, une pièce qui figure au programme du disque « Voice of Hope », enregistré avec le Brussels Philharmonic (dir. Stéphane Denève) pour DG. Sous le même label, l’interprète a précédemment signé une tonique et lumineuse version du Concerto pour violoncelle n°1 de Saint-Saëns avec l’Orchestre National de Lille mené par Alexandre Bloch.

    Julien Brocal donne ici la réplique à Camille Thomas. Ancien élève de Maria João Pires, le pianiste, après un disque Chopin (Rubicon) couronné d’un « BBC Music Magazine Award » en 2018, a livré un séduisant programme Ravel/Mompou (Rubicon).

    Plus d’infos sur Camille Thomas

    Plus d’infos sur Julien Brocal

     

    05 Mai 2020
  • C’est la fameuse Marche turque de Mozart que Célia Oneto Bensaid a choisie pour cette captation en confinement. Mais si tout commence normalement, très vite la swinguante impertinence de Fazil Say prend le dessus pour un résultat ... hautement vitaminé !

    On en raffole, comme de l’énergie et des couleurs que la pianiste montrait dans son très réussi premier disque en solo (Soupir), qui réunit Gershwin et Bernstein.

    Passionnée de mélodie et de musique de chambre, Célia Oneto Bensaid fait équipe depuis longtemps avec la soprano Marie-Laure Garnier ; leur duo a d’ailleurs remporté en 2017 le Prix de Mélodie au Concours Lili et Nadia Boulanger. Des pages signées Zemlinsky, Caplet et Schubert témoignent de leur belle entente (dans « Le promenoir des amants », récital collectif publié dans la série Orsay-Royaumont Live de B Records).

    Côté chambriste, la pianiste a pris part l’an dernier à un portrait de Camille Pépin, l’une des personnalités montantes de la scène contemporaine (#NoMadMusic).

    Plus d’infos sur Célia Oneto Bensaid

    Musique en confinement

     

    28 Avril 2020
  • Nommée dans la catégorie "Révélations, artiste lyrique" des Victoires de la Musique Clasisque 2020, la mezzo-soprano Adèle Charvet chante "Crude Furie", extrait de Serse de Haendel, avec le claveciniste Justin Taylor. 

    Captation réalisée à la Salle Gaveau en janvier 2020.
     

    03 Février 2020
  • Nommée dans la catégorie "Révélations, artiste lyrique" des Victoires de la Musique Classique 2020, la mezzo-soprano Adèle Charvet chante Ich Atmet' Einen Linden Duft de Gustav Mahler, en compagnie du pianiste Florian Caroubi.
     
    Captation réalisée à la Salle Gaveau en janvier 2020.
    03 Février 2020
  • Nommée dans la catégorie "révélations, artiste lyrique" des Victoires de la Musique Classique 2020, la mezzo-soprano Adèle Charvet chante la chanson populaire "El Vivo", arrangée par Fernando Obradors, en compagnie du pianiste Florian Caroubi.
     
    Captation réalisée à la Salle Gaveau en janvier 2020.
     
    03 Février 2020
  • Nommée dans la catégorie "Révélations, artiste lyrique" des Victoires de la Musique Classique 2020, la mezzo-soprano Adèle Charvet chante L’Etoile – O petite Etoile de Chabrier, en compagnie du pianiste Florian Caroubi .

    Captation réalisée à la Salle Gaveau en janvier 2020.

    03 Février 2020
  • Nommé dans la catégorie "Révélation soliste instrumental", le hautboïste Gabriel Pidoux joue le « Ballet espagnol » extrait des 6 Etudes pour haubois seul de Gilles Silvestrini.
     
    Captation réalisée à la Salle Gaveau en janvier 2020.
     
    03 Février 2020
  • Nommé dans la catégorie "Révélation, soliste instrumental" des Victoires de la Musique Classique 2020, le hautboïste Gabriel Pidoux joue la Romance n°1 op.94 « Nicht Schnell » de Robert Schumann. Il est accompagné au piano par Jorge Gonzales Buajasan.
     
    Captation réalisée à la Salle Gaveau en janvier 2020.
     
    03 Février 2020
  • Nommé dans la catégorie "Révélation, artiste instrumental" des victoires de la Musique Classique 2020, le hautboïste Gabriel Pidoux joue la Sinfonia de la Cantate BWV 156 de Jean-Sébastien Bach avec le claveciniste Loris Barrucand.
     
    Captation réalisée à la Salle Gaveau en janvier 2020.
     
     
    03 Février 2020
  • Nommée dans la catégorie "Révélations, artiste lyrique" des Victoires de la Musique Classique 2020, la soprano Marie Perbost chante La Tour Eiffel de Désiré Dihau. Elle est accompagnée au piano par Joséphine Ambroselli.

    Captation réalisée à la Salle Gaveau en janvier 2020.

    03 Février 2020
  • Nommée dans la catégorie "Révélation, artiste lyrique" des Victoires de la Musique Classique 2020, la soprano Marie Perbost chante l'Air des Bijoux extrait de Faust de Gounod, avec le pianiste Emmanuel Olivier.

    Captation réalisée à la Salle Gaveau en janvier 2020.
     

    03 Février 2020

Pages