Journal

Robbins/Millepied/ Balanchine au Palais Garnier – Une alliance fructueuse – Compte-rendu

Essai réussi pour l’ambitieux triplé qui marque la véritable entrée en lice de Benjamin Millepied comme directeur du Ballet de l’Opéra de Paris, avec une saison qui lui est propre : mêler Balanchine et Robbins, autour d’une de ses propres créations, pouvait paraître à la fois démesurément ambitieux et un rien démodé. Il n’en est rien, car le choix et la mise en regard des œuvres sont superbement révélateurs d’un axe finement dégagé : une sorte de regard parisien sur la danse newyorkaise, laquelle, on le sait, a dominé un temps la création chorégraphique classique mondiale après l’effacement des Ballets Russes.
 
De Balanchine, on a souvent apprécié à l’Opéra l’œuvre prolifique, marquée par une rigueur académique impressionnante, une clairvoyance musicale exceptionnelle et un côté légèrement aguicheur pour égayer le tout et rappeler le Broadway proche dont ce Géorgien amateur du beau sexe avait découvert les charmes : Paris a d’ailleurs 28 opus du maître à son répertoire. Pas toujours avec bonheur certes, car Balanchine, ce penseur du mouvement, conviendrait sans doute avec nous aujourd’hui, qu’une bonne partie de son œuvre est démodée, ce qui n’enlève rien à son intérêt. Mais non pour ce Thème et Variations sur lequel culmine le spectacle : œuvre de virtuosité fabuleuse, qui met en regard, sur la musique de Tchaïkovski, les performances d’un couple soliste et les réponses du corps de ballet. Subtil moyen de faire se correspondre les idées musicales et chorégraphiques : tutus et diadèmes, art de cour altier certes, mais en rappel d’un passé enfui dont le chorégraphe n’était pas dupe, et qu’il évoque dans son meilleur, le désir d’excellence. Seul point faible de la production, les danseurs parisiens, pour bien placés et graphiquement parfaits qu’ils soient, n’atteignent que rarement à la virtuosité qui rend parlante la démarche de Balanchine.
 
Tel n’est pas le cas de la pièce de Millepied, Clear, Loud, Bright, Forward, première création de cette rentrée particulière, et sans doute sa meilleure. Il y fait montre de son habileté coutumière, de son goût pour une danse contemporaine discrètement néoclassique et allégée de ses concepts figés - ce qui amène souvent à ce que son langage soit un peu fade - en se plaçant sous l’égide de ses maîtres, Robbins et Balanchine, lesquels ont façonné sa carrière de danseur à New York. Il y parvient avec une élégance et une liberté qui cette fois dégagent un charme puissant : des portés chics, des attitudes sautées de dos, une joie de vivre et de danser absolument contagieuses, un glamour certain caractérisent ce Clear, Loud, Bright, Forward où le chorégraphe ne choisit pas d’intrigue, mais juste des états, sur la musique presque classique de Nico Muhly, tant elle ressemble à ce que toute la création américaine a produit depuis cinquante ans, de Reich à Adams. Pour l’interprétation, Millepied était à son affaire, avec les jeunes qu’il a choisis, leur insufflant un esprit de décontraction, une légèreté que ne permettent pas les performances plus classiques : on a particulièrement apprécié Léonore Baulac et Hugo Marchand (photo), parmi les huit couples qui évoluent dans les maillots brillant d’Iris van Herpen, clin d’oeil aux scènes newyorkaises.
 
Enfin la merveille, Jérôme Robbins, âme d’une compagnie newyorkaise qui parfois semblait en manquer tant l’intellect de Balanchine l’emportait sur l’émotion. Du maître de West Side Story, mais surtout du miraculeux In the Night et tant d’autres joyaux inspirés par Chopin, ce Dreamer, inconnu en France, que Robbins écrivit en 1979. Avec toute la délicatesse dont le chorégraphe était capable, le personnage central, perdu dans ses rêveries, joue avec l’idée d’une femme sortie de nulle part, et qui y retourne : une femme  gracieuse, provocante, agressive, et totalement insaisissable. L’art de Robbins y est prodigieux, dans sa façon de faire se dégager un argument sans le préciser vraiment. Seules la vérité, la finesse  des gestes, sous leur extrême sophistication, permettent de faire passer la subtilité du propos, non quelque texte préparatoire et vainement explicatif. De plus, le merveilleux musicien qu’était Robbins a eu l’idée de se saisir du 1erConcerto pour violon en ré majeur de Prokofiev, joué ici avec une exquise sensibilité par Frédéric Laroque et dirigé d’un doigt de velours par le jeune Maxime Pascal. Un pur moment de rêve, où le style du maître, enfin retrouvé, dégageait le monde de sa pesanteur, tandis que Matthias Heymann, lointaine résurgence du poète des Sylphides de Fokine, déployait sa fine virtuosité, alors qu’Amandine Albisson, belle fille pleine de santé, manquait peut-être un peu de l’aura poétique et fluide qui doit entourer l’improbable héroïne. Sans que cela fût véritablement gênant, tant la danseuse est brillante. Bref, dans cette trinité, si Balanchine fut le père et que Millepied prétend à être le fils, Robbins est assurément le Saint-Esprit !
 
Jacqueline Thuilleux
 
Robbins/Millepied/ Balanchine - Palais Garnier, 28 septembre, prochaines représentations les 1er, 2, 4, 5, 7, 9, 10, 11 octobre 2015. www.concertclassic.com/concert/robbins-millepied-balanchine / www.operadeparis.fr
 
Photo : Hugo Marchand et Léonore Baulac © Ann Ray

Partager par emailImprimer

Derniers articles