Journal

​Klaus Mäkelä et l’Orchestre de Paris à la Philharmonie – Radieuse liberté – Compte-rendu

C’est le premier concert avec public de l’Orchestre de Paris depuis le début du déconfinement et les très longs applaudissements des 1200 auditeurs lors de l’entrée en scène des musiciens tiennent lieu de vibrant « vous nous avez tant manqués ! » – l’émotion est palpable. C’est aussi le premier concert de Klaus Mäkelä depuis l’annonce de sa nomination à la succession de Daniel Harding (1) ; l’impatience de l’auditoire n’est en que plus grande.
Un vrai coup de foudre s’est à l’évidence produit entre la formation parisienne et le tout jeune maestro finlandais. On les comprend ! 24 ans seulement, visage souriant, haute silhouette longiligne, gestuelle précise et incroyablement féline : Mäkelä respire la musique avec une souplesse rare et un charisme qui lui permettent d’obtenir le meilleur de ses troupes.
Tombeau de Couperin de Ravel et 7èmeSymphonie de Beethoven : la période est propice aux concerts en une partie ; on ne se plaindrait pas si elle contribuait à les favoriser à l’avenir, tant la formule s’avère propice à la concentration, des auditeurs comme des musiciens. Le Tombeau de Couperin  – beau cadeau fait aux souffleurs de l’Orchestre de Paris ; dont le hautbois d'Alexandre Gattet, à fondre de beauté – se déploie avec fluidité, noblesse, justesse des couleurs et des accents. Grande bouffée de poésie, portée une radieuse liberté du geste, l’approche de Mäkelä montre une profonde compréhension de ce répertoire et augure du meilleur pour la suite.
 
© Mathias Benguigui Pasco & Co

Beethoven est on le sait un pilier essentiel – et même sa raison d’être au départ – de celui qui se nommait jadis Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire. La présence d’un ouvrage du musicien allemand s’avère donc pleinement justifiée pour le premier concert officiel du nouveau patron de la formation. Même réussite que dans Ravel, même foisonnement d’idées – toujours cohérentes –, même évidence du propos. Puissante et aérienne, intense, pleine de vie intérieure (merveilleux Allegretto), la Symphonie en la majeur montre la capacité du chef à conduire la phrase jusqu’au bout. Cette conscience de la ligne, de sa respiration naturelle, on y revient (on serait tenté de parler de longueur d’archet s’agissant d’un chef qui se double d’un remarquable violoncelliste), doublée d’un admirable sens des timbres (Presto foisonnant et sans une chute de tension) nous valent un grand moment d’émotion.

Le public parisien a parfois la standing ovation quelque peu paresseuse ; là, il se dresse vite, comme poussé par le souffle dionysiaque du finale, pour saluer comme il se doit l’engagement sans faille de Klaus Mäkelä et de ses musiciens. Double coup de foudre ! : d’évidence, une très belle aventure commence ...
 
Alain Cochard  

(1)  Conseiller musical à partir du 1er septembre 2020, Klaus Mäkelä deviendra Directeur musical pour cinq ans à la rentrée 2022.

Paris, Philharmonie, Grande Salle Pierre Boulez, 9 juillet 2020 (disponible sur Philhrmonie Live, MezzoLive HD, Medici TV / Diffusion en différé sur Radio Classique le 11 juillet à 21h)

Photo © Mathias Benguigui Pasco & Co

Partager par emailImprimer

Derniers articles