Journal

​Geneviève Laurence joue le Concerto pour violon de Guirne Creith en création française – Emotion à fleur de peau

 

 
Depuis son arrivée à la direction musicale de l’Orchestre national Avignon Provence, Débora Waldman a fait de la redécouverte de compositrices oubliées l’un des axes de sa programmation. C’est à un véritable événement que la phalange provençale convie bientôt le public avec la création française du Concerto pour violon en sol mineur (1932-1934, créé en 1936) de la Britannique Guirne Creith (1907-1996). Il était temps ! Trop occupés à passer leur brevet de mahlerisme, les orchestres français oublient de regarder de l’autre côté du Channel – s’il n’y avait qu’en cette direction ... –  où de formidables découvertes restent pourtant à effectuer.
 

Guirne Creith (1907-1996)

Il est heureusement des exceptions, telle la soirée qui s’annonce le 24 mai dans les Cité des papes. Elle marque l’aboutissement de tout un processus pour Geneviève Laurenceau (photo). « Il a quelques années, un jour où je faisais des recherches sur internet, je suis tombée par hasard sur le très bel enregistrement du Concerto pour violon de Guirne Creith par Lorraine McAslan, se souvient-elle. Un vrai coup de cœur, j’étais sous le charme ! J’ai réussi à entrer en contact avec des descendants de la compositrice et à me procurer la partition. Avant d’être un concerto d’une compositrice, c’est un vrai beau concerto qui n’a jamais été joué en France.»
 

Débora Waldman © deborawaldman.com

« J’en ai parlé à Débora Waldman : avec la foi et l’enthousiasme qui la caractérisent, elle a accepté de programmer l’ouvrage d’une artiste à la personnalité singulière, d’une femme pleine de vie et de ressources : compositrice, Creith a également écrit sur ... la cuisine (1) et l’œnologie (2) ! Son Concerto présente un langage plein de poésie, très chantant, avec une émotion à fleur de peau. On peut y déceler des influences du Concerto de Delius (1916) – créé comme celui de Guirne Greith par le grand Albert Sammons – de Glazounov, de Sibelius, avec un orchestre très chatoyant, d’une opulence un peu straussienne. La partition ne porte pas de coups d’archet, précise G. Laurenceau ; ils sont laissés à l’inspiration du soliste. »
 
On fait confiance à la violoniste pour assurer avec tout le lyrisme requis la création française d’une composition effusive et frémissante, infiniment séduisante de bout en bout. On la découvrira entourée de l’Ouverture de La Flûte enchantée de Mozart et la 4Symphonie. Le programme est intitulé "Enchantement" : tel est bien ce qui se profile ! 
 
Alain Cochard
(Entretien avec Geneviève Laurenceau réalisé le 11 mai 2024)
 

(1)       « Gourmet cooking for everyone »
(2)       « Eating with wine »
 
Orchestre national Avignon Provence, dir. Débora Waldman / Geneviève Laurenceau, violon
Œuvres de Mozart, G. Creith, Schumann
24 mai 2024 – 20h
Avignon – Opéra Grand Avignon
www.orchestre-avignon.com/concerts/enchantement/

Voir les prochains concerts en PACA

Photo © Bernard Martinez

Partager par emailImprimer

Derniers articles