Videos

  • Tous les quatre membres de l’orchestre Les Siècles, Stéphane Morvan (cor anglais), Simon Milone (violon), Mathieu Kazolter (violon) & Guillaume François (violoncelle) interprètent l’Adagio KV 580a. De cette secrète et émouvante pièce, écrite en 1789, Mozart réutilisera le thème deux ans plus tard dans l’une de ses dernière compositions : l’Ave verum Corpus KV 618.

    Plus d’infos sur Les Siècles

    Stéphane Morvan présente le cor anglais de l’Orchestre Berliozien

    Musique en confinement

    07 Mai 2020
  • Musique en confinement mais à l’air libre pourtant pour Camille Thomas, comme on peut le constater avec cette captation haut-perchée. La violoncelliste a choisi la Danse des Esprits bienheureux de Gluck, page fameuse tirée de l’acte II d’Orphée et Eurydice, une pièce qui figure au programme du disque « Voice of Hope », enregistré avec le Brussels Philharmonic (dir. Stéphane Denève) pour DG. Sous le même label, l’interprète a précédemment signé une tonique et lumineuse version du Concerto pour violoncelle n°1 de Saint-Saëns avec l’Orchestre National de Lille mené par Alexandre Bloch.

    Julien Brocal donne ici la réplique à Camille Thomas. Ancien élève de Maria João Pires, le pianiste, après un disque Chopin (Rubicon) couronné d’un « BBC Music Magazine Award » en 2018, a livré un séduisant programme Ravel/Mompou (Rubicon).

    Plus d’infos sur Camille Thomas

    Plus d’infos sur Julien Brocal

     

    05 Mai 2020
  • En remerciement de l’hospitalité et de la générosité de Werner Reinhart, mécène et clarinettiste amateur, qui accueillit Stravinski en Suisse pendant la Grande Guerre, le musicien russe lui dédié ses Trois Pièces pour clarinette seule (1919).

    Membre de l’orchestre Les Siècles, Christian Laborie interprète en confinement les nos 2 et 3 sur des clarinettes françaises système Boehm du début du XXe siècle : une clarinette en la Jérôme Thibouville Lamy de 1911 pour la 2ème Pièce et clarinette en si bémol Eugène Bercioux (vers 1905) pour la 3ème. Point déterminant, le bec est un bec en ébène, réalisé par Riccardo von Vittorelli, copie d’un bec Buffet Crampon début XXe.

     
    Musique en confinement
    27 Avril 2020
  • Confiné ? Sans doute, mais Adrien La Marca se met en quatre pour interpréter Oblivion, une musique écrite en 1984 par le compositeur argentin pour « Henri IV, le roi fou », film de Marco Bellocchio.

    Reste que l’actualité discographique se situe du côté de la musique anglaise pour l’altiste. Après un admirable récital «English delight », construit autour de la rare Sonate de Rebecca Clarke (1 CD La Dolce Volta / LDV 22), La Marca emporte et illumine un autre chef-d’œuvre méconnu d’outre-Manche, le Concerto pour alto et orchestre (1928, rév. 1961) de William Walton, avec la complicité de l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège conduit par Christian Arming. Une interprétation pleine de souffle et de relief, dont l’intensité narrative n’est que renforcée par la présence sur le même disque du très cinématographique On the Reel, du jeune compositeur belge Gwenaël Mario Grisi, et d’arrangements de Roméo et Juliette de Prokofiev. « Heroes » : un titre on ne peut mieux trouvé pour un disque qui parle singulièrement à l’imagination ! (1CD LDV 75)

    Plus d'infos sur Adrien La Marca

    La Dolce Volta

    Musique en confinement

    24 Avril 2020
  • Musicologue, grand spécialiste de Sweelinck, Bernhard van den Sigtenhorst Meyer (1888-1953) se consacra aussi à la composition. L’artiste néerlandais a beaucoup écrit pour le piano, mais il a aussi signé en 1930 une Sonatine pour hautbois solo dont le Moderato est ici interprété par Hélène Mourot, membre de l’orchestre Les Siècles.

    Plus d’infos sur Les Siècles
    Hélène Mourot et son hautbois datant de l'orchestre berliozien

    Musique en confinement

     

    20 Avril 2020
  • Pour ténor et orchestre à l’origine, le Chant géorgien de Mili Balakirev (1837-1910) fut écrit en 1863 sur un poème de Pouchkine (« Ne poy, krasavitsa, pri mne » ; Ne chantez plus pour moi, belle). La trompette de Romain Leleu s’approprie cette pièce (notée Andantino) aux couleurs caractéristiques de l’art de celui qui fédéra le célèbre Groupe des Cinq.
    Plus d’infos sur Romain Leleu
    Musique en confinement
     

    07 Avril 2020
  • Henri-Charles Caget se définit comme « batteur, percussionniste, bruitiste » : de la musique baroque à l’univers de la création contemporaine (il participe au Concert de l’Hostel Dieu comme aux Percussion Claviers de Lyon ou à l’Ensemble Orchestral Contemporain) il s’affirme comme un musicien sans frontières, à qui l’on doit aussi plusieurs spectacles musicaux (BLOK, Suspendre le Temps, Tunnel de soi, etc.) ou encore une collaboration avec Emilie Simon. Pour Concertclassic, il signe une improvisation bruissante et mystérieuse.

    Plus d’infos sur Henri-Charles Caget

    Musique en confinement

    07 Avril 2020
  • L’histoire de la Musique est pleine d’expérimentations de la facture instrumentale demeurées sans suite. Ainsi l’arpeggione, sorte de violoncelle-guitare imaginé par Johann Georg Staufer, a-t-il été oublié. Son nom le serait peut-être aussi, n’était la sonate que le luthier viennois commanda à Schubert en 1824 et qui, passée au répertoire des violoncellistes, porte son nom. A quoi ressemblait l’arpeggione ? L’instrument que Guido Balestracci tient entre ses mains vous le montre.

    Plus d'infos sur Guido Balestracci
    Plus d'infos sur Maude Gratton

     

    30 Mars 2020
  • Musique en confinement.
    Conçues pour violon solo, les 3 Sonates et 3 Partitas BWV 1001 à 1006 (un recueil finalisé par Bach en 1720) s’accommodent fort bien du passage à l’alto et y dévoilent un visage nouveau mais non moins fascinant que dans leur destination originelle. « Une archet qui joue du Bach, c’est le début d’un tableau cubiste », affirmait Georges Braque ...

    Plus d'infos sur Pierre Lenert

     

    30 Mars 2020
  • Méconnu, trop souvent taxé d’austérité – par ceux qui ne l’ont pas écouté ! – Max Reger (1873-1916) laisse une vaste production riche de pages merveilleuses.
    Composée en 1914/1915, la Suite n°2 pour alto solo réunit de la plus séduisante façon l’admiration de l’auteur pour Bach et un lyrisme d’essence très romantique.
    Site de Pierre Lenert

    Musique en confinement.

     

    25 Mars 2020
  • Nommé dans la catégorie "Révélation soliste instrumental", le hautboïste Gabriel Pidoux joue le « Ballet espagnol » extrait des 6 Etudes pour haubois seul de Gilles Silvestrini.
     
    Captation réalisée à la Salle Gaveau en janvier 2020.
     
    03 Février 2020
  • Nommé dans la catégorie "Révélation, soliste instrumental" des Victoires de la Musique Classique 2020, le hautboïste Gabriel Pidoux joue la Romance n°1 op.94 « Nicht Schnell » de Robert Schumann. Il est accompagné au piano par Jorge Gonzales Buajasan.
     
    Captation réalisée à la Salle Gaveau en janvier 2020.
     
    03 Février 2020

Pages