Interview de Nathanaël Tavernier, basse

Nathanaël Tavernier, basse, Révélation Classique Adami 2015. Interview.
Après son cursus de Master à la HEM de Genève auprès de Gilles Cachemaille, Nathanaël Tavernier a intégré les Jeunes voix du Rhin. Il y découvre les rôles comiques, et le bel canto.
Lauréat du concours Paris Opera Competition, la Mélodie et les Lieder lui sont un domaine de prédilection. 
Sur scène il a notamment joué dans la Dame de Pique, Gianni Schicchi, l’Orfeo. 
En concert, on a pu l’entendre dans les répertoires baroque et contemporain, mais aussi en oratorio, et la Petite Messe Solennelle de Rossini, le Requiem de Mozart, le Stabat Mater de Haydn, la Messe en Ré de Dvorak ou Pulcinella de Stravinski. 
Il est titulaire d’une Licence d’Ethnomusicologie.

Plus d'information sur l'Adami : www.adami.fr
​Reportage réalisé par Concertclassic.com au Festival de Prades 2015. http://prades-festival-casals.com

Voir Le Songe d’Erode de l’Enfance du Christ de Berlioz par Nathanaël Tavernier
Voir l’air d’Osmin de l’Enlèvement au sérail de Mozart par Nathanaël Tavernier

 

Partager par emailImprimer

Derniers reportages

  • Danseur dans la troupe de l'Opéra de Paris, puis au Ballet du Rhin, ainsi qu'au Ballet Théâtre Français de Nancy, Thierry Malandain fonde en 1986 la compagnie Temps Présent, puis dirige le premier Centre Chorégraphique Contemporain de style classique.
     
    Il développe son propre style, dans l'héritage de la danse classique, à contre-courant du mouvement moderniste. Il "donne la priorité au corps dansant, à la célébration de sa sensualité et de son humanité. Sa recherche de sens et de l’esthétique guide un style intemporel qui puise sa richesse dans les racines de la danse et dans une vision dynamique de son art."
  • Pensées nocturnes n°2 du compositeur Raphaël Novarina.
    Au piano, Marc-Henri Lamande.
    Plus d'infos sur Raphaël Novarina

  • Étrange destinée que celle de l’arpeggione, instrument inventé en 1823. Connu également sous le nom de « guitare d’amour », l’arpeggione est en fait une guitare munie d’un chevalet, tenu entre les genoux comme un violoncelle et joué avec un archet. L’instrument connut un certain succès durant une dizaine d’années, mais, curieusement quasi rien n’est conservé de son répertoire spécifique si ce n’est le chef-d’œuvre absolu qu’est la sonate que lui dédie Franz Schubert en 1824.
    C’est autour de cette célèbre sonate que Guido Balestracci et les musiciens de l’Amoroso ont construit une délicieuse Schubertiade, réunissant autour de l’arpeggione et du piano, la voix et les guitares qui s’approprient tout un répertoire empruntés aux Lieder du compositeur viennois.