Agenda

    1. ( ensemble )
    2. ( direction musicale )
    Programme:
    1. Les Quatre saisons

    2. Quatuor à cordes

    Après le « divin » Arcangelo Corelli, Vivaldi apparaît comme le grand sorcier du violon. Les quatre saisons, l’œuvre de musique « classique » la plus jouée de tous les temps est inspirée par la nature. C’est une véritable fresque en musique. Aujourd’hui on dirait une BD musicale animée, en effet Vivaldi conscient de l’importance d’une bonne communication qui a donné des sous-titres à certains de ses recueils. Il a intitulé l’Opus VIII « Il cimento dell’armonia e dell’invenzione » (Le combat de l’harmonie et de l’invention). C’est un ensemble de 12 concerti pour cordes, dont les 4 premiers sont Les quatre saisons. Cet opus connut un énorme succès qui surpassa tous les autres recueils de musique italienne et furent édités plusieurs fois, à Amsterdam, à Paris et à Londres. Joués un peu partout en Europe, le Printemps resta au programme des Concerts Spirituels à Paris, jusqu’en 1762, vingt ans après la mort de Vivaldi. L’impécunieux Jean-Jacques Rousseau réalisa une réduction pour flûte seule du Printemps qui lui fit gagner quelqu’argent. Chaque concerto présente une saison en 3 mouvements (vif/lent/vif) on remarque que les saisons « douces », Printemps et Automne sont en Majeur, alors que les saisons extrêmes, Eté et Hiver sont en Mineur, un mode plus contrasté. Ils sont descriptifs : Vivaldi a accompagné chaque saison d’un poème explicatif, précisant ses intentions et au fil de la partition il a ajouté des commentaires, par exemple dans le 2nd mouvement du Printemps qui se joue sans basse, dès le début, à la partie d’alto Vivaldi noté « Il cane che grida » (Le chien qui aboie) et précise « si deve suonare sempre molto forte e strappato » (il faut jouer toujours très fort et raclé). Ces indications sont précieuses pour les interprètes qui doivent être attentifs à traduire les intentions précisées par Vivaldi.