Agenda

    Ouverture des portes 1 heure avant le spectacle.

         

    Environ 2h30 avec entracte

     

    Direction musicale : Tomá? Netopil

    Mise en scène : Kornél Mundruczó

    Scénographie et costumes : Monika Pormale

    Lumières : Felice Ross

    Dramaturgie : Kata Wéber

    Direction des chœurs : Alan Woodbridge

    Emilia Marty : Rachel Harnisch

    Albert Gregor : Ale? Briscein

    Vitek : Sam Furness

    Krista : Anna Schaumlöffel

    Jaroslav Prus :  Michael Kraus

    Janek Prus : Julien Henric

    Dr Kolenatý : Karoly Szemeredy

    Hauk-Schenkdorf : Guy de Mey

    Machiniste : Rodrigo Garcia

    Une femme de ménage / Une femme de chambre : Iulia Surdu

     

    Chœur du Grand Théâtre de Genève

    Orchestre de la Suisse Romande

     

    Sous l’apparence fascinante d’une grande artiste se cache une jeune femme qui est maintenue artificiellement en vie par un élixir d’immortalité. Entre la cantatrice Emilia Marty et Elina Makropoulos, fille d’un alchimiste crétois née en 1585, il n’y a pas seulement 337 années d’écart mais aussi une série d’identités et de nationalités diverses qui ont marqué une vie excessivement longue et épuisante. Elina Makropoulos est une perversion de la nature. L’opéra de Leo? Janáèek raconte la manière dont Elina réussit à retrouver la formule de l’élixir, cet élixir qui renouvelle la vie en elle. Mais une fois qu’elle l’a obtenu, elle renonce à toute nouvelle prolongation de son existence. Le compositeur tchèque basa l’Affaire Makropoulos sur la pièce de théâtre homonyme écrite par son compatriote Karel Èapek en 1922. En situant la naissance d’Elina à Prague à la fin du XVIesiècle, Èapek faisait un clin d’œil au règne impérial de Rodolphe II de Habsbourg, grand mécène des arts également fasciné par l’alchimie et les sciences occultes. Le titre original de l’œuvre, Vìc Makropulos, a un double sens. Le mot vìc couvre un champ sémantique assez vaste, avec plusieurs significations communes. Il désigne l’objet (concret), les affaires (personnelles), un fait (objectif) et seulement en dernière instance, l’affaire judiciaire, évoquée au début de l’opéra, qui oppose deux familles pragoises, les Gregor et les Prus, au sujet d’un héritage et qui est en toile de fond de l’histoire d’Elina Makropoulos. Un psycho-thriller en un seul souffle mais qui laisse pour sûr sans souffle.