Agenda

François Dumont, Ti-Ha Phuong Nguyen, Ariane Moulin, Léo Maule et Johan Giradin autour de Mozart, Schubert, Brahms, Debussy, Rachmaninov, Chaminade

Concerts passés
Distribution : 
François Dumont, piano
Ti-Ha Phuong Nguyen, piano
Ariane Moulin, piano
Léo Maule, piano
Johan Girardin, piano
Programme : 
Wolfgang Amadeus Mozart (1756 – 1791)
Sonate pour piano à quatre mains en ut majeur, K.521 | 1787
Allegro
Andante
Allegretto

Franz Schubert (1797 – 1827)
Fantaisie en fa mineur, D. 940 | 1787
Allegro molto moderato
Largo
Scherzo. Allegro vivace
Finale. Allegro molto moderato

Johannes Brahms (1833 – 1897)
Seize Valses pour piano à quatre mains, op. 39 | 1865

Claude Debussy (1862 – 1918)
Petite suite | 1886 – 1889
En bateau
Cortège
Menuet
Ballet

Sergueï Rachmaninov (1873 – 1943)
Romance pour piano à six mains | 1890

Cécile Chaminade (1857 – 1944)
Les noces d’argent pour piano à huit mains | 1889
Infos complémentaires : 
Le répertoire du piano à quatre mains offre une richesse extraordinaire : en décuplant les possibilités harmoniques, polyphoniques, les jeux de registres et de résonance, il donne à l’instrument une dimension supplémentaire, une épaisseur sonore et un relief singulier. Paradoxalement, les compositeurs ont souvent écrit pour cette formation des œuvres de caractère plutôt intimistes, poétiques et lyriques, à l’opposé de la brillance et la puissance du répertoire à deux pianos.
En témoigne la très célèbre Fantaisie en fa mineur de Schubert, écrite en 1828, l’année de la mort du compositeur, et dédiée à une de ses élèves, la comtesse Caroline Esterházy.
La Sonate en ut majeur K.521 est la dernière du genre composée par Mozart en 1787. D’exécution « plutôt difficile », selon le mot du compositeur, elle renferme une richesse exceptionnelle d’invention mélodique et de subtilités harmoniques.
Brahms habite depuis 3 ans à Vienne lorsqu’il compose les Seize Valses op.39. Créées par Clara Schumann et Albert Dietrich, on y retrouve une grande variété d’atmosphères et de type de valses, de la plus sophistiquée à la plus populaire, de la plus joyeuse et rustique à la plus nostalgique.

La Petite Suite est une œuvre de jeunesse de Debussy, composée au retour de son séjour à la villa Médicis à Rome. La simplicité et limpidité du langage contribue à son charme poétique ; les titres des deux premiers mouvements, « En bateau » et « Cortège » font référence à des poèmes extraits des Fêtes Galantes de Paul Verlaine.

Jouer avec ses élèves, voici une double responsabilité : celle du pédagogue, responsable de la préparation de ses étudiants, et celle du partenaire de musique de chambre, étant lui-même au clavier, concentré sur sa partie mais avec une écoute mutuelle de l’autre.
Lors d’un concert, le rapport maître-élève s’efface, fort heureusement : on parle, on ressent les choses de musicien à musicien, l’un peut être plus expérimenté, mais tous égaux face à l’œuvre, la vision musicale et l’émotion artistique. Et avant tout, le plaisir de jouer ensemble et de partager la scène !