Agenda

  • Programme:
    1. Sonate pour violon et piano n°1 op 78

    2. Sonate pour violon et piano n°2 op 100

    3. Sonate pour violon et piano n°3 op 108

    Si aujourd’hui l’on parle surtout de Jean-Jacques Kantorow en tant que chef d’orchestre, il est d’abord un violoniste qui poursuivit parallèlement une brillante carrière de soliste et de chambriste, lui valant une reconnaissance internationale. Il a joué dans le monde entier, donnant plus de cent concerts par an, acclamé par le public et la presse. C’est un immense violoniste, « le plus original de sa génération que j’aie entendu » dira de lui Glenn Gould.
    Jean-Jacques Kantorow remporte des prix dans une dizaine de concours parmi les plus grands sur le plan international : Reine Elisabeth, Jacques Thibaud, Montréal, Sibelius…, dont les premières places dans pas moins de quatre d’entre eux (Paganini, Concours de Genève…). Affectionnant également la musique de chambre, il remporte en trio le premier grand prix au concours international de Colmar et est membre fondateur de deux trios.
    Musicien doué et précoce, impressionnant pour quiconque a pu le voir et l’entendre au piano, Alexandre Kantorow est devenu une star (« le jeune tsar du piano » dira Stéphane Friederich dans Classica Magazine) depuis qu’il a remporté, à l’âge de 22 ans, la médaille d’or et le grand prix du prestigieux Concours Tchaïkovski 2019.
    Mais son talent ne date pas d’hier. Dès l’âge de 16 ans, il se produit avec orchestre aux Folles Journées de Nantes et de Varsovie, en récital au festival Pianoscope de Beauvais puis dans bien d’autres festivals connus (La Roque d’Anthéron, Chopin à Nohant, Piano aux Jacobins…), et joue avec de nombreux orchestres dans les salles les plus prestigieuses.
    Sa discographie est tout aussi impressionnante pour son âge : pas moins de quatre CD, en récital comme avec orchestre ou encore en musique de chambre, tous salués par la critique.