Agenda

    LES GRANDES ŒUVRES
    Jeudi 20/04 – 20h30
    BACH, ORATORIOS DE PAQUES ET DE L'ASCENSION

    Le Banquet Céleste
    Damien Guillon, direction 

    Chœur de chambre Mélisme(s)
    Gildas Pungier, direction 

    Céline Scheen, soprano
    Paul Figuier, alto
    Thomas Hobbs, ténor
    Benoît Arnould, basse 

    Bach, Oratorio de Pâques BWV 249, Oratorio de l’Ascension BWV 11 

    Les Grandes Œuvres de l’Auditorium de La Seine Musicale sont le rendez-vous des ensembles sur instruments d’époque et des orchestres symphoniques. L’orchestre résident à La Seine Musicale, Insula orchestra, ainsi que les grands orchestres français et internationaux dirigés par de grands chefs d’orchestre se produisent aux côtés des solistes qui font l’actualité de la musique classique. 

    Jean-Sébastien Bach composa plusieurs grands oratorios luthériens pour servir la liturgie pascale. Entre méditation et théâtre sacré, ces partitions sont aujourd’hui interprétées dans des lieux profanes et appréciées pour elles-mêmes, comme l’est, de façon générale, toute la musique de Bach.

    Son Oratorio de Pâques apporte une réponse joyeuse à la Passion selon saint Jean, récit des souffrances et de la mort du Christ. Son enthousiasme communicatif contraste avec le climat plus douloureux de l’Oratorio de l’Ascension qui évoque le voyage mystique du corps du Christ vers les cieux, victoire définitive sur la mort. Dans ces deux partitions, Bach déploie tout son génie dramaturgique, alternant de grands chœurs brillants, typiques de son art choral, et des airs solistes d’une émotion poignante.

    Bien que non représenté, l’oratorio n’est pas dénué de théâtralité. En effet, le Carême n’impose pas de jeûne musical aux croyants mais il interdit les spectacles. En cette période de recueillement, l’opéra est donc remplacé par l’oratorio, plus favorable à la contemplation. Toutefois, ce dernier présente de nombreuses similitudes avec son cousin profane, notamment dans l’alternance entre action récitée et commentaire chanté. Spécialistes du répertoire baroque, Damien Guillon et son ensemble Le Banquet Céleste sauront puiser à l’infinie richesse du langage de Bach pour restituer les tensions dramatiques du récit biblique. Et mettre en valeur l’important instrumentarium de l’oratorio, avec trompettes et timbales, que Bach exploite dans une extraordinaire variété de combinaisons, les instruments dialoguant par groupes, renouvelés selon les scènes, ou dans des duos avec soliste. Le Chœur Mélisme(s) s’épanouira dans les tutti, comme dans le grand chœur d’apparat qui conclue l’Ascension et chante l’attente fervente du retour du Christ pour l’éternité, encadré d’une grande sinfonia instrumentale, brillante et dansante.

    En co-production avec l’Opéra de Rennes