Agenda

  • CARMEN

    Mercredi
    28
    juin
    2017
    19:30
    Opéra Bastille
    Ce concert n'est plus disponible à la réservation

    Opéra en quatre actes (1875)
    Musique  Georges Bizet
    Livret  Henri Meilhac  / Ludovic Halévy

    D'après Prosper Mérimée
    En langue française

    Direction musicale  Lionel Bringuier  / Mark Elder
    Mise en scène  Calixto Bieito 

    Don José   Roberto Alagna  mars, 16 juil.  / Bryan Hymel  avr., juin > 13 juil.
    Escamillo  Roberto Tagliavini  mars, avr.  / Ildar Abdrazakov   juin, juil.
    Le Dancaïre  Boris Grappe
    Le Remendado   François Rougier
    Zuniga  François Lis
    Moralès, Andrès  Jean-Luc Ballestra
    Carmen  Clémentine Margaine  mars /  Varduhi Abrahamyan avr. / Anita Rachvelishvili juin > 13 juil. / Elîna Garanèa  16 juil.
    Micaëla  Aleksandra Kurzak  mars, avr. /  Nicole Car  juin, juil. /  Maria Agresta 16 juil.
    Frasquita  Vannina Santoni
    Mercédès  Antoinette Dennefeld 

    Chef des Chœurs  José Luis Basso 

    Orchestre et Choeurs de l’Opéra national de Paris

    Maîtrise des Hauts-de-Seine / Chœur d’enfants de l’Opéra national de Paris

    Surtitrage en français et en anglais

    Audio-description les 25, 28 juin et 2 juil. 2017

    Durée 3h20 avec 1 entracte

    Dès les premières phrases prononcées par Carmen, qui marquent l’une des plus grandes entrées de l’histoire de l’opéra, tout est dit : « L ’amour est un oiseau rebelle que nul ne peut apprivoiser. » Dans un sulfureux déhanchement aux accents andalous, la belle cigarière jette son dévolu sur un soldat : Don José. Le destin fera le reste. Immédiatement considéré comme un chef-d’oeuvre dans toute l’Europe, Carmen mettra longtemps à s’imposer à Paris où sa création en 1875 connaît un accueil contrasté. Composé sur un livret de Meilhac et Halévy qui prend ses racines chez Prosper Mérimée, l’opéra abolit la frontière entre tragique et comique avec une modernité qui, à l’époque, fait scandale. Peut-on tuer l’être aimé par amour ? La beauté rougeoyante de la musique de Bizet où s’enchaînent les airs inoubliables en fera pourtant, d’année en année, l’ouvrage lyrique le plus joué au monde.