Journal

20ème Folle Journée de Nantes – C’est l’Amérique !

Des canyons aux étoiles : c’est à un ouvrage d’Olivier Messiaen composé pour le bicentenaire des Etats-Unis que la Folle Journée de Nantes emprunte l’intitulé de son édition 2014, la vingtième déclinaison d’une formule dont le succès ne se dément pas et dont le principe – concentration d’un maximum de concerts en un minimum de temps autour d’un thème donné – a inspiré, à des échelles bien plus modestes, certains organisateurs.

L’Amérique est reine cette année à La Cité de Nantes. On y entend évidemment quantité de « tubes »: Gershwin et Bernstein occupent, comme on pouvait s’y attendre, toute leur place. Mais on ne se fera pas prier pour savourer la Rhapsody in Blue sous les doigts de Boris Berezovsky, le Concerto en fa par Frank Braley ou la Suite de West Side Story par le Duo Luis Fernando Pérez - Momo Kodama.

Restons-en en là s’agissant de la partie œuvres fameuses, pour saluer la large place réservée à des compositeurs américains méconnus de ce côté-ci de l’Atlantique ou à des œuvres rares de compositeurs illustres. Le Ballet mécanique d’Antheil, défendu par Bertrand Chamayou, ou la Sonate pour violon et piano de Cowell, donnée par Solenne Païdassi et Laurent Wagschal n’encombrent guère les programmes des concerts hexagonaux, pas plus que les ouvrages pour violon et piano de Charles Haubiel et Walter Damrosch qu’Hugues Borsarello et David Bismuth interprètent, ou encore ce Trio de Bernstein dont s’empare le Trio Wanderer. McDowell, Cadman, Muhly, Whiting, Ives, Griffes, Crumb, Beach, Bolcom, Wolfe et bien d’autres auteurs promettent d’étonner les auditeurs curieux présents à Nantes.

L’Amérique terre d’accueil de musiciens exilés pendant l’entre-deux-guerres ou pendant le second conflit mondial n’est pas oubliée non plus avec Rachmaninov, Korngold, Bartók, Martinu, Weill, Stravinski et autre Schoenberg. On guette un programme tout Martinu réunissant Juliette Hurel, Marie-Catherine Girod et le Quatuor Prazák, mais aussi ce dernier, avec Gérard Caussé et Henri Demarquette, dans le Sextuor op. 10 de Korngold. Dans un répertoire plus que célèbre on ne manquera pas le 3èmeConcerto de Rachmaninov par Rémi Geniet, magnifique 2ème Prix du Concours Reine Elisabeth 2013, ou par Joseph Moog, artiste allemand trop rare en France.

Le cinéma américain a suscité bien des partitions et cet aspect de la création musicale outre-Atlantique est représenté avec des pages de Korngold et de Williams entre autres. Ajoutons à ces moments réjouissants, des extraits de comédies musicales ou des negro-spirituals par le groupe vocal Voces8 (photo), mais aussi du jazz avec Paul Lay et le Thomas Encho Trio : on l’a compris, un fois de plus Folle Journée rime avec embarras du choix.

On oubliais : des Canyons aux étoiles est bien au programme de la Folle Journée et c’est Jean-François Heisser qui, à la tête de son Orchestre Poitou-Charentes, dirige la vaste partition de Messiaen, entouré de Jean-Frédéric Neuburger, Takenoro Nemoto, Daniel Ciampolini et Florent Jodelet( vendredi 31 à 21h30)
 
Alain Cochard
20ème Folle Journée de Nantes
29 janvier – 2 février 2014
Nantes- La Cité
www.lafollejournee.fr

Photo @ DR

Partager par emailImprimer

Derniers articles